sustainable development

Facing a challenging scenario with high youth unemployment rate, increasing digitalized economy and need for social development projects, the UNCTAD has launched a campaign to stimulate new generations to become entrepreneurs.

Jack Ma, founder of Alibaba Group, and  UNCTAD Secretary-General Mukhisa Kituyi
Jack Ma, founder of Alibaba Group, and UNCTAD Secretary-General Mukhisa Kituyi

The #e4youth campaign was announced during the 2017 UNCTAD E-commerce week, from 24-28 April, in Geneva. It came at a crucial moment when governments are looking to develop strategies on how to deal with a changing economic and social landscape brought about by the digital economy.

“E-Commerce can unlock new opportunities for young entrepreneurs. Not by accident but from deliberate, targeted acts of inclusion and empowerment”, said UNCTAD Secretary-General Mukhisa Kituyi, adding ” We cannot leave this important generation behind”.

The words of the Secretary-General resonate with the UN Sustainable Development Goals motto: Leave no one behind. According to the International Labour Organization (2016) and Youth Business International, 71 million young people are currently unemployed and the global youth unemployment rate to expected rise by 13% in 2017. #e4youth campaign is a call for the international community to support and enable youth to contribute to the 2030 Agenda for Sustainable Development by creating new businesses, jobs, and digital solutions for the future.

“The digital transformation implies disruptive changes to business models across sectors thereby affecting the nature of jobs and the skills young people need to successfully enter the labour market”, said Dr. Kituyi. “We must create opportunities for the young generation and consider them as partners in all our discussions for a successful implementation of the 2030 Agenda”, added Dr. Kituyi.

The E-Commerce week took place in Geneva
The E-Commerce week took place in Geneva

One of the special guests of the E-Commerce week was Jack Ma, founder and chairman of the Alibaba Group, and UNCTAD’s Special Adviser for Youth Entrepreneurship and Small Business. “Globalization is still the solution, and trade is still the solution for solving job creation in the next 30 years”, said Jack Ma. At the UNCTAD E-Commerce Week, youth agreed that technologies and e-commerce offer the opportunity to chart a new path for globalization and provide huge potential to drive inclusive and sustainable development in a rapidly changing economic environment. “E-Commerce is for young people, it is for small businesses. And I think globalization and trade are the solution for job creation in the next 30 years” said Jack Ma.

During the e-commerce session, young men and women shared experiences and expressed their views on key issues to address in order to allow young people to contribute to and benefit from the digital economy.

#e4youth is linked to the sustainable development goals 1 (poverty), 4 (skills development), 5 (gender equality), 8 (decent work and inclusive economic growth), 9 (industry, innovation, and infrastructure) and 17 (partnerships for development).

As the next Conference of the Parties COP23, to be held on 6-17 November, in Bonn, Germany, is being prepared, a group of 79 states and the EU made a call to action and announced more funds to the Pacific Region, heavily affected by climate change and the rising level of oceans.

The UN Climate Conference is part of the preparation events for the COP23
The UN Climate Conference is part of the preparation events for the COP23

The EU and the African, Caribbean and Pacific Group of States made the call at a UN climate change conference, ahead of the upcoming G7 and G20 leaders’ summits and the next annual UN climate negotiations COP23.

Together, the European Union and the 79 African, Caribbean and Pacific (ACP) developing countries make up more than half of the signatories of the Paris Agreement on climate change. They urged all partners to keep up the momentum created in 2015.

As an example of commitment and increased cooperation, the EU has announced an allocation of 800 million euros, up to 2020, to support the Pacific Region. Around half of this amount would be directed exclusively to climate action. The EU will also provide another 3 million euros to support Fiji’s COP23 Presidency.

In the last few months, the EU has taken the lead on Climate Action among the G7 states, given the change of presidency in the US and the uncertainty about the commitment of one of the biggest greenhouse gases emitters globally.

Commissioner for Climate Action and Energy Miguel Arias Cañete said: “Today more than ever, Europe stands by its long-term partners most vulnerable to climate change. We, developed and developing countries together, will defend the Paris Agreement. We are all in, and our joint commitment to this agreement today is as in Paris: irreversible and non-negotiable.”

The UN climate conference took place from 8-18 May to prepare the ground for the next Conference of the Parties COP23, to be held on 6-17 November 2017, in Bonn.

atelier
Ateliers auprès des élèves des écoles en Suisse romande.

Créée en 2006, l’association J’aime Ma Planète s’engage pour la protection de l’environnement et la promotion d’un mode de développement durable. Elle cherche à développer une prise de conscience collective sur l’importance de protéger notre planète et ses habitants et organise régulièrement des campagnes de sensibilisation et d’action auprès des écoles. L’association est aussi le partenaire pédagogique de la Fondation Good Planet de Yann-Arthus Bertrand et lance, dès cette année, le programme international Eco-Schools en Suisse romande.

Nous découvrons ici un large échantillon de leurs activités grâce à Catherine de Noyelle, directrice de l’association, qui a accepté de répondre à nos questions.

1. Pouvez-vous nous présenter brièvement l’association J’aime ma Planète ?

L’association à but non lucratif «J’aime ma Planète» a été créée en 2006 à Genève. Elle s’engage principalement auprès des jeunes pour la protection de l’environnement et la promotion d’un mode de développement durable, basée sur la valeur universelle du respect de soi, des autres et de l’environnement. Au travers de nos projets participatifs, nous voulons développer une prise de conscience de l’importance de protéger notre patrimoine naturel et inspirer des changements de comportements vers un mode de vie plus respectueux de la Terre et de ses habitants.

2. Votre association collabore beaucoup avec les écoles. Pouvez-vous nous expliquer quels types d’activités vous menez auprès des élèves du canton ?

J’aime ma Planète (JMP) s’engage auprès du plus grand nombre d’enfants dans les écoles primaires et secondaires en proposant des activités variées et ludiques sur le thème de l’environnement et du développement durable. Nous développons des animations sur 7 thématiques: l’énergie et le climat, la consommation et l’alimentation, le tri et le recyclage, la citoyenneté, l’eau, la forêt et la biodiversité. Nous développons aussi des outils pédagogiques qui permettent aux enseignants de prolonger les thématiques en classe.
Notre souhait est d’améliorer les connaissances des élèves dans le domaine environnemental, de leur permettre d’acquérir de bonnes habitudes et de les intégrer dans le quotidien. C’est aussi une manière de développer chez chacun une prise de conscience de l’impact que certains de nos comportements peuvent avoir ici et ailleurs dans le monde.

3. Tout dernièrement, J’aime Ma Planète a été choisie comme association partenaire du projet ZAZimut de l’artiste ZAZ. Une belle reconnaissance et une belle opportunité pour se faire connaître j’imagine ?

En effet, l’association a bien démarré l’année de ses 10 ans d’existence. ZAZ a choisi de parrainer JMP lors de son concert à l’Arena le mardi 29 janvier 2016. Cette artiste engagée a souhaité créer le réseau ZAZimut qui regroupe des associations, à travers le monde, qui prennent soin de la Planète et la vie qu’elle abrite. L’équipe de JMP a donc réalisé, dans un temps record, des supports apportant de la visibilité. Lorris et Diane ont présenté une vidéo de nos actions sur la page Facebook de ZAZ. En moins d’une semaine, elle a été vue 13’000 fois!
 Nous gardons un merveilleux souvenir de cette soirée et espérons qu’en rentrant dans ce nouveau réseau de nouveaux échanges se tisseront.

Les membres de l'association avec la chanteuse ZAZ, lors de son passage à Genève le mois passé.
Les membres de l’association avec la chanteuse ZAZ, lors de son passage à Genève en janvier, 2016.

4. L’association est aussi le partenaire pédagogique pour la Suisse de la Fondation Good Planet de Yann Arthus Bertrand. Comment s’est créé ce partenariat et quelles sont les projets qui en découlent ?

Il y a une dizaine d’années, la présidente de J’aime ma Planète, Patricia Defauw, lors d’une rencontre avec Yann Arthus Bertrand, a décidé de diffuser les magnifiques expositions et projections de Good Planet sur le sol helvétique.
Grâce à ce partenariat, de nombreuses écoles et communes sont sensibilisées aux causes environnementales de manière participative, ludique et artistique. J’aime ma Planète développe des animations et des outils pédagogiques en lien avec les expositions Eaux, Forêt, Energie et Biodiversité.

5. Y a-t-il eu une réalisation qui a eu une importance toute particulière pour votre association ces dernières années ?

J’aime ma Planète a réalisé un nouvel outil pédagogique intitulé «Objectif Terre» qui a pour objectif d’amener à des changements de comportement plus écologiques et socio-responsables. Ce kit comprend un poster illustré par Eric Buche, un dossier pédagogique, des fiches et des cartes à jouer pour les élèves dès 8 ans.
Objectif Terre a reçu le prix du Développement Durable du canton de Genève en 2015. Il est offert, sur demande, aux établissements scolaires de Suisse romande.

6. Avez-vous un projet que vous espérez mettre en place prochainement et dont vous souhaiteriez nous parler ?

Nous lançons, dès cette année, le programme Eco-Schools en Suisse romande. Eco-Schools est un programme international proposé aux établissements scolaires qui souhaitent améliorer leurs pratiques pédagogiques en matière d’éducation au développement durable et veulent s’engager vers un fonctionnement plus durable. Créé au Danemark en 1994 par la Foundation for Environmental Education (FEE), le label Eco-Schools est aujourd’hui implanté dans 58 pays à travers le monde. A l’échelle mondiale, quelques 48’000 établissements scolaires y participent et plus de 15’000 écoles se sont déjà vues remettre le «Green flag», symbole de leur implication environnementale. Ce programme permet aux écoles de poser un regard sur l’ensemble de leurs activités: il valorise ce qu’elles réalisent déjà, les aide à structurer leurs projets environnementaux et les inscrit dans une démarche participative qui se veut durable dans le temps.

Programme Eco-Schools lancé cette année en Suisse romande.
Programme Eco-Schools lancé cette année en Suisse romande.

7. Que pensez-vous de Horyou et de sa communauté dont vous êtes un membre actif? Qu’est ce que la plateforme vous apporte dans le cadre de votre action?

Horyou par sa dimension internationale permet des échanges entre acteurs du monde entier. Cette visibilité ne peut que s’accroitre avec le temps. Nous espérons qu’Horyou développe des événements mettant en scène les associations membres.

8. Notre philosophie s’articule autour de valeurs universelles que nous retrouvons dans le slogan « Dream, Inspire, Act ». Qu’est ce que ces 3 mots évoquent pour vous et votre organisation ?

Le slogan de J’aime ma Planète est sensibiliser, éduquer et mobiliser. En effet, il faut aussi rêver pour espérer un monde meilleur et des actes pour le concrétiser.

9. Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il ?

Comme le dit Pierre Rabhi, il est important de «Faire sa part» pour la Planète.

Pour en savoir plus, visitez leur page Horyou ou leur site internet !

Ecrit par Laurie Martin

Activité ludique organisée pour les enfants par l'association.
Activité ludique organisée pour les enfants par l’association.

More Stories

A two-day event will discuss challenges faced by children in urban areas; they will include a Hackathon and roundtables on innovation. The United Nations Children’s...