Music

Forced marriage is still an issue that affects more than 700 million women globally – a third of them are less than 18. In order to raise awareness of this issue, the UNICEF partnered with major African artists to write a song against child marriage.

In Central and Western Africa, 41% of the girls above 18 are married (illustrative photo, source: UNICEF)
In Central and Western Africa, 41% of the girls above 18 are married (illustrative photo, source: UNICEF)

In Central and Western Africa, 41% of the girls above 18 are married – in countries like Benin, one in ten girls is married under the age of 15. More than depicting a social issue, these statistics are alarming from a health care standpoint as many of these girls are not able-bodied for childbearing and could face permanent physical and psychological damage.

As part of the Zero Tolerance Campaign against child marriage that the government launched last June, nine artists from Benin committed themselves to breaking the silence around child marriage. UNICEF’s Goodwill Ambassadors Angélique Kidjo and Zeynab Abib, supported by Danialou Sagbohan, Kalamoulaï, Don Métok, Sessimè, Dibi Dobo, Norberka and Olga Vigouroux, gathered to craft a deeply moving song and a video that call the population to act.

“A little girl is still a child. She cannot be a mother or a bride. Let her grow up to live a fulfilling life. Say NO to child marriage!”; so goes the song, co-written by Angelique Kidjo and Zeynab Abib.

The artists sing in a variety of languages, including Fon, Mina, Mahi, Sahouè, Yoruba, Goun, Bariba and French in order for the message to spread throughout the country and neighbouring countries.

Artists from Benin are engaged in the cause
Artists from Benin are engaged in the cause

“The impact on these girls is terrible. Once married, they no longer go to school, they are raped, they get pregnant, which puts their health and that of their baby in danger. We artists are saying NO to all these injustices! Girls are not the property of anyone; they have the right to choose their own destinies”, says Beninese pop star Zeynab Abib, who was able to mobilise Benin’s greatest artists around this cause.

Early marriage prevents girls from getting proper education and leads them to poverty, while enforcing the prevalence of traditions and belief systems that are tied to the continued practice of child marriage.

“We need all the strength and weapons we can muster to fight the scourge of child marriage. Art, especially music, is a powerful weapon. As Nelson Mandela said, ‘politics can be strengthened by music, but music has a potency that defies politics’. This power must be harnessed!” says Dr Claudes Kamenga, UNICEF Representative in Benin.

Watch the video [English subtitles] [SAY NO TO CHILD MARRIAGE]1 Watch the video [French subtitles] [DISONS NON AU MARIAGE DES ENFANTS]2

Horyou is the Social Network for Social Good, which connects, supports and promotes social initiatives, entrepreneurs, and citizens who help the implementation of the Sustainable Development Goals to build a more harmonious and inclusive world. We invite you to Be the Change, Be Horyou!

The talented Japanese singer Miou is a humanist who wants to heal people’s hearts and promote world peace through her music. Her uniqueness and originality were displayed before the SIGEF 2016 audience as a performer during the Horyou Foundation Dinner in Marrakesh, as well as a panelist discussing the power of art in promoting positive change in our society. In the interview below, Miou talks about her personal experiences, plans and dreams for the future.

Miou performing at SIGEG 2016, in Marrakesh
Miou performing at SIGEG 2016, in Marrakesh

1. Tell  us about your relationship with music: have you always wanted to become a singer?

I have always loved music. I have played piano for 20 years and alto horn and trumpet in the school brass band club and took singing lessons. But it was always a hobby to me and I never dreamt of becoming a professional musician. I wanted to set up a band but I didn’t know what to do. So I asked my friends who had a band and they suggested to me to search for my band members on the internet. There was a website for that. So I did it and I met one person, listened to his songs and we decided to make a band together. His music was fusion Japanese, very unique, and reminded me of my experience as an international beauty pageant. I sang a Japanese traditional song as a national talent at the International pageant in Malaysia (Miss Tourism Queen of the Year International). All the contestants were from different nationalities. But even if they didn’t understand the language, they loved the sound so much and the reaction was so good. And I felt “I am Japanese”. National tradition made me feel unique and original on the international stage. Since then, I have been trying to fuse traditional Japanese sound and modern western beat together, to create a “East meets West” crossover.

2.   What does music represent for you?

I was Miss Japan for various international beauty pageants and had a chance to represent my country and introduce Japanese culture to the world. Besides music, I studied education and medicine (nursery). I loved teaching and taking care of people in need. I have always liked to communicate with people. So I think my music is reflecting my personal experience and is a tool to convey my messages and communicate with people. I can teach and educate through music, I can heal people’s hearts through music as well. Music, culture and art have a strong power to convey messages and to change the world.

3.   What would you like to achieve as a singer?

I would like to heal people’s hearts through my music. I want to convey positive messages and promote world peace. Love ourselves, love our country, love our neighbours, love this planet, love our lives. The most important message is ”Love”. I like travelling as well and I want to sing around the world. Part of this dream came true in 2009, when I sang at the UNESCO’s world heritage site, the Basilica of Santa Croce in Florence, Italy. I would like to do it more often!

4.   You made a performance during the SIGEF 2016 in Marrakesh – how do you evaluate this experience?

It was a great experience for me. As a Japanese artist, I have always cared about our environment. I believe everything is alive on Earth and we have to respect life, this planet is our mother and our home. If we hurt our planet, it is going to be difficult for us to live. If we take more care of this planet, it will be a better place for us to live in. Everything we do to the earth will come back to us. Some of my songs are also reflecting my respect and feelings towards nature, and messages to rethink about the environment and take an action to protect our mother land and home. So coming to Morocco to SIGEF was a very good experience for me as I felt I shared the same feelings and messages. I was inspired by others and I want to be the one to inspire others as well. I hope SIGEF continues to bring messages of respect of nature and world peace for more years to come.

5. What does social innovation mean to you? Do you have any cause you identify yourself with?

The social innovation and technology we have been experiencing is a great thing. This new evolution is allowing more people to share their views and bring their voices and feelings to the world. This is helping everyone, no matter who they are or where they are from. It is also helping people like me, artists in general, as we now have more ways to reach out to our audience globally. As for me, I aim to bring Japan to the world with my music, and also share a message of harmony with the nature.

6. Do you have a project for 2017 that you would like to share with our community?

I am set to perform at Etna Comics 2017 in Sicily. When it comes to the Japanese culture, animes and comics are very popular and well known worldwide. However, we have not only pop culture, but also many other traditional and chic culture as well. I want to present aspects of Japanese traditional culture such as “KIREI(beautiful)” or “SHIBUI(chic)” “KAKKOII(cool)” styles at pop culture festivals as well. And I’m currently planning to write a song for an international movie about Japan.

7.   Horyou’s tagline is dream, inspire and act. What do these words mean to you?

I think ACT is very important to make our dreams come true. Pursuing our dreams would INSPIRE others to take an action. We can always DREAM how we want to be. If we ACT, DREAM will become reality, our dreams will INSPIRE others to DREAM and ACT. Everything starts from dreaming, taking one action. We can inspire others to dream and act! Nothing is impossible.

En 2016, le festival a 16 concerts et plusieurs animations
En 2016, le festival a 16 concerts et plusieurs animations

L’été est la saison de la musique, des arts de rue et des festivals en Europe. Dans le canton de Vaud, en Suisse, L’Association Lombric, à but non lucratif, a crée un événement différent pour la belle saison : depuis 14 ans, le Festival du Lombric porte un regard sensible aux problématiques environnementales et au dynamisme économique de la région.

Dans sa 11ème édition, le Festival est organisé sur le site de Giez par un groupe d’amis. Soucieux de leur environnement mi-campagne, mi-ville, ils ont voulu apporter une animation qui mettrait en lien des acteurs locaux avec des thèmes qu’ils souhaitaient partager. Le festival compte avec la collaboration des bénévoles et avec les dons et prêts de la communauté locale. Les restaurateurs participants sont locaux et même les bières qui sont servies dans le festival sont faites par les brasseurs artisans de la région. La nourriture est majoritairement bio et chacun peut y trouver son compte (vegan, sans lactose, sans gluten…)

Le festival est organisé dans le site de Giez, dans le Nord-Vaudois
Le festival est organisé dans le site de Giez, dans le Nord-Vaudois

Un des fondateurs du festival, Renaud Jaquet, parle de la motivation durable de L’Association: “Nous parlons beaucoup de l’impact de nos activités et projets sur l’environnement de nos jours. Le Lombric rentre de toute évidence dans cet esprit. Toutefois, quand les premiers rêves de nos jeunes motivés ont émergé, la question n’était pas encore d’actualité. C’est plus le besoin de faire un événement durable avec peu de moyens, beaucoup d’envie et de bons principes, qui a fait que le festival a une étiquette écologique et durable”, a-t-il révélé. Cette année, par exemple, les organisateurs font un appel aux participants pour utiliser les transports publics et navettes mis gratuitement à disposition des festivaliers.

Les enfants font des ateliers et balades dans le festival
Les enfants font des ateliers et balades dans le festival

Renaud Jaquet raconte qu’il y a toujours eu un jour réservé aux enfants et à leurs familles. Cela avait lieu le dimanche après le petit déjeuner offert, sachant que le soir même il n’y avait pas de concert. “De plus, le site en bordure de forêt et d’une taille raisonnable, offre une liberté aux enfants de parcourir le site sans danger”.

Le Festival de Lombric a lieu les 12 et 13 août en Giez, Vaud, avec 16 concerts et plusieurs animations, ateliers et balades. Le prix adulte est 10 CHF, mais l’entrée est gratuite le samedi jusqu’à 18h. L’organisation espère entre 600 et 800 personnes. “La fête s’annonce belle et on se réjouit de démarrer cette belle édition”, affirme Renaud Jaquet.

Écrit par Vívian Soares

Claudine Fischer, présidente de l'association en compagnie de partenaires à Porto Novo, Bénin.
Claudine Fischer, présidente de l’association, en compagnie de partenaires à Porto Novo, Bénin

Pont Universel, association suisse basée à Fribourg s’est donné deux missions: accompagner les personnes souffrant de difficultés psychosociales ainsi que participer à des actions ciblées d’aide au développement en Afrique de l’Ouest principalement au Togo et au Bénin.

L’association accompagne de manière individuelle des personnes basées en Suisse pour les aider à définir leurs compétences, identifier un projet et leur donner des clés pour le mettre en place. En parallèle, Pont Universel entreprend des projets d’aide au développement dans les pays sus-mentionnés et très régulièrement des étudiants suisses se rendent sur place pour participer à ces projets dans le cadre de travaux de master notamment.

Les projets de l’association sont principalement des projets médicaux et socioculturels comprenant par exemple des projets pour les femmes et familles ou des formations dans des domaines tels que l’agriculture ou l’éco-tourisme.

Dans le but de se faire connaître à une plus large échelle et bénéficier soutien, l’association organise deux événements à Fribourg la première semaine du mois de mars.

« Ces événements sont aussi l’occasion de commencer un partenariat durable avec Marc Alexandre Oho Bambe, écrivain, chanteur et parrain de l’association » nous explique Claudine Fischer, présidente de l’association. En effet, « Pont Universel a pour but d’organiser dans le futur des ateliers d’écritures ponctuels dans son centre d’accueil. Ces événements marquent donc le début d’une aventure » continue-t-elle.

Marc Alexandre Oho Bambe animera un atelier d’écriture le mercredi 2 mars de 15h à 18h à LivrEchange à Fribourg. Un endroit plein de sens aux yeux de l’association car représentant la diversité culturelle.Il est en effet possible d’y trouver des livres dans plus de 240 langues différentes afin de promouvoir la diversité linguistique et culturelle des différentes populations. La bibliothèque met aussi un accent tout particulier sur un sujet très actuel : l’intégration des migrants.

Spectacle de Marc Alexandre Oho Bambe le vendredi  4 mars.
Spectacle de Marc Alexandre Oho Bambe le vendredi 4 mars

Le vendredi 4 mars, Marc Alexandre se produira aussi sur scène à LivrEchange. Il y présentera « Le Chant des Possibles », un livre en live. De nombreux autres artistes du canton de Fribourg seront aussi présents pour l’accompagner et soutenir l’association, notamment Guy Sansonnens, troubadour fribourgeois avec de nombreuses années de métier derrière lui. L’entrée est libre mais un chapeau vous attendra à la sortie si vous souhaitez soutenir l’association dans ses projets ! Juste avant le spectacle,à 19h30, une surprise attendra les participants de l’atelier d’écriture du mercredi. Il dédicacera aussi son livre « Le Chant Des Possibles », récompensé par le Prix Paul Verlaine de l’Académie française 2015, à partir de 17h à la Librairie Payot Fribourg.

L’association espère vous voir nombreux lors de ces deux événements ! ☺

Pour plus d’informations sur le travail de Pont Universel, veuillez consulter leur page Horyou ou leur site internet.

Ecrit par Laurie Martin

Gwen&Tiana_HV3

Une des performances phares du Village Horyou à Cannes, Gwen & Tiana sont un duo qui s’est formé naturellement. Ils sont souriants, optimistes et bourrés de talent et leur complicité vocale est aussi évidente sur scène que leur amitié l’est dans la vie.

Leur histoire commence lorsque Gwen Thomas décide de se lancer dans de nouveaux projets musicaux. Il entend alors parler du groupe que Tiana Ewana a formé avec ses soeurs. Se retrouvant sur les mêmes mouvances musicales, elle sur Lille et lui sur Lausanne, ils prennent contact et le courant passe. Ensuite, ils prennent le temps de mieux se connaître et, ce faisant, se rendent compte qu’ils ont une complicité vocale spéciale et ils décident d’en faire quelque chose. Gwen invite Tiana à Lausanne et le duo Gwen & Tiana naît. C’est un tandem vocal puissant et séduisant imprégné d’afro jazz. Ils se découvrent dans cette interview.

Par Amma Aburam

Pouvez vous vous présenter et nous dire comment vous en êtes venus à travailler ensemble ?

Gwen : Moi c’est Gwen Thomas. J’étais dans l’animation artistique, je faisais des albums et je chantais. En tant que chanteur, j’avais l’expérience de la scène ; j’ai aussi fait une école de Jazz et de musique actuelle à Montpellier et j’ai sillonné les rues de l’Europe avec le Gospel et la Soul. Je cherchais un groupe avec lequel travailler et puis j’ai entendu parler du groupe que Tiana avait formé avec ses sœurs. J’ai pris contact avec elle et le courant est bien passé. Quand on s’est rencontré je me suis dit : “mais c’est pas possible c’est mon miroir cette fille !” C’était plutôt drôle.

Tiana : On s’est rencontré grâce à un projet avec mes sœurs. Avant, je chantais surtout en France et en Belgique. Pareil que lui, beaucoup de Gospel. On était dans les mêmes réseaux, nous nous sommes rendu compte de points communs qui ont rendu évidente notre collaboration, et notre rencontre est tombée pile au moment ou je cherchais a quitter la France. Il m’a proposé de venir a Lausanne et j’ai dit : “écoute on y va !”

Gwen&Tiana_small

Comment votre album a commencé, quelle a été l’inspiration ou le message derrière ?

Tiana : L’album est en cours de préparation. Dans notre collaboration, on a commencé par créer une académie de chant qui s’appelle Vocal Académie. On s’est retrouvé à partager des projets sur scène et notre complicité vocale était évidente pour nous ainsi que pour l’audience qui demandait souvent si on avait un album. Nous nous sommes dit que ca serait bien de créer quelque chose de concret et on a commencé a bosser sur l’album en janvier 2015. Le producteur de notre album est Femi Temowo, guitariste de Amy Winehouse.

Gwen : On a fait beaucoup de choses avant, on a fait ce qu’on appelle les mercenaires, c’est a dire tu viens, tu fais ton job, ensuite on te paie et tu pars. Et on a fait les mercenaires dans plusieurs styles : gospel, soul, pop, reggae et puis on a tellement fait de choses qu’on s’est demandé où on allait avec tout ca. A partir de là, on a voulu repartir sur nos racines. Tiana est du Cameroun et Madagascar et moi du Gabon et Togo, nous racines sont donc l’Afrique. On veut utiliser nos musiques, nos rythmes et mélanger ça avec nos influences vocales. Enfin créer, ce qu’on appelle l’Afro Soul avec ces sons différents ; c’est de l’Afro Soul avec une teinte de Jazz.

Et vos influences? Artistes préférés ?

Tiana : On ne fait pas exprès mais on aime les mêmes artistes ! Richard Bona, bassiste Camerounais qui chante dans un dialecte du Cameroun et qui nous influence pas mal par rapport au son. Stevie Wonder, surtout au niveau du chant, de la soul et du message d’amour. Esperanza Spalding qui fait de l’afro latino jazz. Des artistes Africains tel que Angélique Kidjo, Miriam Makeba… au delà des artistes on aime leurs histoires ; si on a un rêve, c’est d’avoir des carrières à l’image de ces artistes.

Gwen&Tiana_HV2 small

Quel est pour vous l’impact positif de la musique et quel est le message que vous voulez faire passer dans votre travail ?

Gwen : Le thème qu’on aime aborder c’est l’amour mais pas l’amour éphémère dans le style je suis tombée amoureux et basta. C’est l’amour audacieux. Les thèmes de la confiance en soi, l’estime de soi sont aussi importants.

Tiana : On est passionnés par ce qu’on fait, on est investi et généreux et on ne fait pas ca pour l’argent même si l’argent est une nécessité. On essaye de transmettre cet amour et cette passion dans notre travail. Ce qui est intéressant c’est qu’on est un duo Fille/Garçon donc on est très différents. On apprend à jouer avec cette différence et à se compléter, à nous servir de nos forces pour avancer ensemble. On a une forte notion de partage, notre solidarité est complémentaire.

Gwen&Tiana_HV1 small

Où vous voyez vous dans 5/10 ans ?

Gwen : On se voit partout. Etre emmené vers l’avant, grandir ce son Afro que je pense est encore frais. Beaucoup de gens n’ont pas encore vu ce qu’on peut faire. On veut amener quelque chose de nouveau et de frais musicalement.

Tiana : En Asie, en Amérique du Sud, en Europe, partout en effet. On se voit faire des tournées, rencontrer des cultures, des artistes, découvrir d’autres styles musicaux et des influences diverses. Cela prend du temps car nous sommes toujours en quête du son que nous voulons donner. Notre lieu de rêve pour une performance c’est le Royal Albert Hall ; c’est mythique cet endroit.

Que signifie pour vous, le fait de rêver, inspirer et agir ?

Tiana : On rêve de faire une carrière longue, riche et complètement diverse et épanouie, professionnellement et personnellement. On voudrait inspirer la complicité, le partage et la complémentarité et puis surtout montrer qu’il faut oser rêver.

Gwen : Oui! Il faut oser rêver. Il y a tellement de gens qui ont peur de rêver ou d’oser rêver et se retrouvent parfois sans objectif. On veut vraiment que les gens aient aussi le pouvoir de cultiver leurs rêves. On est loin de ce qu’on rêve dans l’absolu mais aujourd’hui fait partie du rêve et il se réalise petit à petit.

Tiana : Exact, c’est un chemin qu’on construit tous les jours, avec chaque pas, chaque instant tout en continuant à viser les étoiles. Agir c’est ce qu’on fait toujours et tout les deux on a des parcours très différents par rapport à la musique. Gwen lui a osé quitter des études qui ne lui plaisaient pas pour poursuivre la musique à 100% et moi j’ai continué des études qui ne me plaisaient pas en me disant que je pouvais en tirer quelque chose pour ce que je voulais vraiment faire plus tard. Ça a marché et nous sommes ici aujourd’hui grâce à ces deux chemins. Nous avons créé Vocal Académie à Lausanne car ça fait partie des choses qu’on aime faire et donner. On s’est dit que même lorsqu’on aura une activité de scène intense on aimerait arriver à libérer des moments pour faire des stages, des formations car on aime faire ça.

Découvrez leur page Horyou ici

Grilling La Fête de la Musique, also known as World Music Day, is an annual music festival that takes place all over the world. Its 24th edition took place in Geneva June 19-21 for three days of enjoying great music, international food and meeting friends under the sun. From classical to electronic music, stages were set up all over the city. It is one of the best festivals in Geneva, and the city ensures that the event is held to the highest standard.

The laid-back celebration also offered an opportunity for non-profit organizations to raise funding for their causes. After a call for volunteers from Francisco Etchepareborda, vice president of children’s rights group Niños de Argentina, a pair of Horyou team members stepped up. Initially, the duo signed up for one day, but with the energetic atmosphere and fantastic people, they wound up spending the whole weekend with Niños de Argentina. Other NGO members of the Horyou community were present, such as One Action. Its director, Jan Isler, was working nonstop with his team at a nearby stand. One Action

The festival is a great opportunity for fundraising for the associations, and in the case of Niños de Argentina, it is one of two events that raises funding for its projects. The second is a barbecue for Argentina’s independence day on May 25. The funds are for humanitarian, cultural and community projects with the focus on disadvantaged children. The group supplies food, school supplies and clothes for the children, and promotes Swiss-Argentinean culture. Tomatoes

Thank you to the team of Niños de Argentina for the great experience and making our team members feel like part of the family.

Written by Noof Al-Shammary

More Stories

Foi a partir da pergunta: ‘como seria o mundo se a Mercur não existisse mais?’ que a empresa que fabrica borrachas e produtos para...