Marrakesh

Engagée sur les thèmes de la préservation des forets et de l’accès à l’eau potable aux populations des pays africains, la ministre de l’Économie forestière, du Développement durable et de l’Environnement de la République du Congo, Rosalie Matondo, était une invitée très spéciale du SIGEF à Marrakesh, lors de la COP22. Paneliste au premier jour du Forum, elle nous a parlé sur les projets du gouvernement congolais pour l’environnement et sur l’importance de la COP22 pour mettre les accords sur le changement climatique en action.

La ministre Rosalie Matondo a parlé au publique du SIGEF
La ministre Rosalie Matondo a parlé au publique du SIGEF

Pouvez-vous nous expliquer sur vos projets de préservation des forêts au Congo et son impact social?

Les forêts, comme nous le savons, régulent les équilibres climatiques mondiaux. Étant conscients de cela, nous avons lancé un grand programme national de reforestation et de reboisement d’un million de plantations. Nous avons une grande superficie de forêts naturelles au Congo et nous sommes conscients que nous devons les préserver. D’un autre coté, le bois est encore utilisé comme source d’énergie extraite des forêts naturelles dans beaucoup de nos pays. C’est pourquoi le gouvernement de la République du Congo a lancé ce programme de reforestation et reboisement, afin que les populations non seulement continuent à utiliser le bois comme source d’énergie, le bois issu des plantations, mais également à pouvoir faire un grand projet de séquestration du carbone.

Le deuxième projet c’est “L’eau pour tous”. Le gouvernement congolais a lancé un programme d’installation de 4 mille forages dans les villages où l’eau de source pose encore un problème. Cela permet l’approvisionnement de l’eau potable mais également d’alléger la pénibilité des femmes qui dans les villages sont obligées de faire des kilomètres pour aller puiser le l’eau.

Durant la COP22, le gouvernement Congolais a lancé un fond de préservation des forêts. De quoi s’agit-il?

C’est le fond bleu pour le Bassin du Congo, toujours pour cet accès à l’eau mais également pour les systèmes de production modernes de l’agriculture, donc des systèmes d’irrigation. La COP22 pour nous c’est une opportunité de financement et de transfert de technologie. Nous savons que les gouvernements peuvent participer au financement de nos projets. Notre attente ici c’est que, déjà, tous ensemble, nous travaillions sur le transfert de technologies et tous ensemble, nous réfléchissions sur la mobilisation et le financement.

La ministre de l’Économie forestière, du Développement durable et de l'Environnement de la République du Congo
La ministre de l’Économie forestière, du Développement durable et de l’Environnement de la République du Congo

Quelles sont les axes de développement de la République du Congo pour la COP22?

Nous avons les acquis de la COP de Paris, parce que nous partons de là. Dans la COP de Paris, les pays du Bassin du Congo avaient donné leur position, et nous, la République du Congo, avons appuyé cette position des pays d’Afrique, des pays du Bassin du Congo et également des 77 pays plus la Chine. Pour nous, toutes les décisions prise lors de la COP21 de Paris sont incontestables, maintenant nous devons aller vers l’opérationnalisation ; c’est pourquoi je remercie son altesse royale qui a mis l’accent sur l’action ici sur la COP22. Nous devons aller vers l’action. Je crois que toutes nos populations sont fatiguées des promesses qui n’apportent pas de solutions. La COP21 à Paris a démontré que nous avons tous pris conscience de la gravité de la situation et même les pays qui n’ont pas signé le Protocol de Kyoto ont signé l’Accord de Paris. Nous avons vu avec quelle rapidité l’Accord est entré en vigueur et c’est un espoir pour la planète toute entière. Nous voulons nous accrocher à cette espoir et trouver des solutions et mettre en action.

De quelle manière le changement climatique a affecté le Bassin du Congo et quelles sont les mesures pour réduire cet impact?

Le Bassin du Congo est la zone où la déforestation est la moins importante. Nous n’avons que 0,05% de déforestation. Mais nous n’en sommes pas contents. Nous savons que ce poumon là, comme le poumon de l’Amazonie, peut aider la planète. C’est pourquoi la République du Congo, après les années 2000, a opté dans sa législation pour une gestion durable des forêts, avec un aménagement forestier, avec la certification forestière, avec le programme national de reforestation et reboisement ; au total, 13% de son territoire est ainsi protégé. Tous ces efforts convergent vers la contribution à la préservation de cet écosystème. Et nous allons vers un fond bleu pour le bassin du Congo qui va aider à la gestion des plans d’eau mais aussi à l’approvisionnement des populations.

Écrit par Vivian Soares

Flagship report “UNDP and Climate Change: Scaling up Climate Action to Achieve the SDGs"
Flagship report “UNDP and Climate Change: Scaling up Climate Action to Achieve the SDGs”

A new UNDP document launched during the COP 22, in Marrakech, links climate action with sustainable development. The flagship report “UNDP and Climate Change: Scaling up Climate Action to Achieve the SDGs” is in its second edition and highlights local initiatives relating to climate change mitigation and adaptation.

“The report showcases how each of the actions taken to address climate change has profound and concrete results that benefit human, social and economic development”, said UN Assistant Secretary General and UNDP Assistant Administrator Magdy Martinez-Soliman. The UNDP document looks at efforts that empower communities in all 17 Sustainable Development Goals (SDGs), including education, healthcare, food security and women empowerment. By using country examples, the document illustrates with infographics and stories how the more than 800 UNDP programmes are contributing to achieve the 17 SDGs.

Examples abound: In Ecuador, the Zero Hunger initiative whereby farmers are increasing their water supply access by reviving traditional water control and combining small dams and dikes with modern reservoirs and irrigation techniques, is a fine one. Samoa, where youth and women are supported by educational programmes to start micro-enterprises in agro-businesses is another.

The UNDP impact reached more than 140 countries through access climate grant finance, providing a 2.8 USD billion portfolio. Almost 40% of the portfolio on adaptation efforts, while 22% are linked to forestation projects and mitigation actions for sustainable energy. 11% support issues like institutional strengthening, finance and capacity building, and nearly 11% help countries to achieve the targets of the Paris Agreement.   “Thanks to the Paris Agreement, we now have a path for the world to work together on an integrated solution to climate change,” said Martinez-Soliman. “It is now our responsibility to work with our partners to follow this path and to help achieve climate and development priorities.”

The report reiterates the COP 22 message for the climate – the deal is done; the time to act is now.

Written by Vivian Soares

Social Innovation and Global Ethics Forum
Social Innovation and Global Ethics Forum

It´s time to innovate! Horyou, the social network for social good, is receiving project applications for the next edition of the Social Innovation and Global Ethics Forum (SIGEF), a side event during COP 22 in Marrakesh, Morocco, from November 9-11. The call for the Project Awards is addressed to students, social entrepreneurs, nonprofit organizations and startups with a deadline set at September 20th.

Applicants must meet the eligibility criteria, which include addressing at least one of the 17 UN Sustainable Development Goals, and use their best efforts to raise awareness and gain online support for their project. They also need to sign in on the Horyou Platform; registration is free of charge.

SIGEF Horyou

During the SIGEF, an international jury will select 10 finalists who will present their projects on stage to a global audience of entrepreneurs, government officials and decision-makers, as well as the media and civil society. A monetary prize paid in Spotlights, the first social global currency for economic inclusion, will be awarded to the 3 best projects, during a high profile international award ceremony. Selected participants will get free access to the event to gain international visibility and the opportunity to expand their network.

For more information about the SIGEF 2016 Call for Projects, go to this link or send an email to projects@sigef2016.com

About SIGEF

SIGEF 2016 is the leading side event during COP 22, in Marrakesh, Morocco, from 9-11 November. SIGEF 2016 is organized by Horyou to give visibility to initiatives that contribute to advancing social innovation, global ethics, and social good worldwide, along the lines of the UN Sustainable Development Goals. One of the key components of SIGEF 2016 is the Projects Hub, an area dedicated to socially innovative and ethical projects.

Plenary sessions, workshops, panels as well as cultural activities, networking events and interviews will take place during the 3 days of the event.

More Stories

Barcelona is hosting its 8th annual Corporate Social Responsibility Week, an event which connects the public sector to companies and non-profit organizations to discuss...