journalisme

Créée par l’ONG AJDAC, Lyric’Art Media est une unité sociale de production culturelle dont le projet est la diffusion de la culture et des actions sociales innovantes destinées à révéler de jeunes artistes africains via des émissions numériques. Nous avons interrogé Sinclair F, fondateur du projet.

Danse Teké du Nord Bénin

 

Pouvez-vous nous présenter brièvement Lyric’Art Média?

Lyric’Art Média est un média numérique créé par l’ONG AJDAC et dont le but est de faire la promotion de la culture, des valeurs artistiques et des actions sociales innovantes ayant un impact positif sur les populations d’une part et sur les politiques et stratégies de développement d’autre part. Ayant lancé le projet en 2014 avec le Magazine culturel Lyric’Art, nous avons ensuite voulu toucher un peu plus notre audience d’bord en décidant la création de la Web Tv en 2016 puis cette année par la mise en place d’une unité sociale de production (Lyric’Art Production) qui vise à mieux promouvoir les talents et assurer un tant soit peu notre autonomie.

L’Artiste Togolais Kaporal Wisdom sur scène

Dans votre média, vous parlez de talents, de culture et d’actions sociales… Pourquoi vous avez choisi de traiter ces questions ?

L’ONG AJDAC est née de la nécessité d’assurer la visibilité et la promotion du tourisme et de la culture d’une part et le bien-être des populations pauvres et vulnérables d’autre part. Lyric’Art Média est donc un outil pour atteindre ces objectifs, rendre visible nos potentiels culturels et touristiques ainsi que les innombrables bonnes actions dont les impacts contribuent à créer un monde meilleur. Au Bénin comme un peu partout en Afrique, les vrais talents restent encore cachés dans nos quartiers et villages. L’absence d’action pouvant favoriser l’expression de ces jeunes talents aux fins de les promouvoir et le coût élevé des temps d’antenne sur les médias classiques constituent un blocus pour leur éclosion. De même, nous avons le souci de la promotion d’une élite culturelle responsabilisée par les valeurs positives et éducatives véhiculées par leur œuvre. Nous pensons que cette démarche pourrait aider à amener de jeunes artistes sans convictions ni éthique à améliorer leur production.

Cirque Super Acrobate de Cotonou

Y a-t-il eu en 2017 une réalisation qui revêt une importance toute particulière pour vous ?

La mise en boite de notre première émission «Santé Pour Tous», sans doute. C’était excitant ; bien sûr, j’ai réalisé plusieurs éléments audiovisuels mais pour Lyric’Art Média c’était un rêve qui prenait corps. Après les difficultés liées à la logistique (location des caméras…) et les petits soucis de lumière, son… c’était une joie pour toute l’équipe de voir éclore le fruit de nos efforts. Ce sera peut-être notre pire production mais c’était notre première émission. Vous pouvez y jeter un coup d’œil sur notre plateforme à l’adresse suivante: http://lyricartmedia.com/2017/11/19/sante-pour-tous-bientot-en-ligne/

Avez-vous un projet que vous espérez mettre en place en 2018 ?

Un studio mobile. Il s’agit d’aller à la rencontre des richesses culturelles, cultuelles et sociales les plus enfouies et / ou en voie de disparition à travers le Bénin et l’Afrique pour faire découvrir au monde ce merveilleux vivier de couleur, d’amour et de chaleur dont regorge notre continent. Pour ce projet nous avons besoin de partenaires et de soutiens et je serai heureux d’en avoir via Horyou qui regorge à n’en point douter de fervents défenseurs de la nature et des valeurs sociales et culturelles.

Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il ?

Il y a un proverbe Africain qui dit «une brindille ne peut soulever la poussière mais un ballais le peut». La somme des petites bonnes actions peut changer le monde, j’y crois et j’estime qu’il faut qu’on se soutienne pour offrir un monde meilleur à la postérité ! Toutefois, dépendant uniquement de l’ONG AJDAC qui elle aussi fonctionne sur fond propre depuis sa création, nos moyens limités ne nous permettent pas de répondre à toutes les sollicitations. Je profite donc de ce canal pour lancer un vibrant appel à tous ceux qui peuvent nous appuyer pour l’acquisition de caméras professionnelles, micro-ordinateurs, enregistreurs, micros-cravates… pour améliorer nos productions.

Lors du Horyou Village organisé à Cannes, du 13 au 24 mai, de nombreuses organisations de notre plateforme étaient sur place pour présenter leurs activités au sein d’un espace dédié. Nous avons donc décidé d’aller à la rencontre de certaines de ces organisations afin d’en savoir un peu plus sur leur expérience au Horyou Village. Au-delà des interviews filmées que nous avons eues avec la plupart d’entre elles, nous avons réalisé une série plus spécialement dédiée à ce blog. Voici maintenant l’interview de Onpassealacte, qui promeut les initiatives positives et inspirantes réalisées par des cityens à travers le monde grâce à des interviews vidéo. Article Cover Photo

1. Décrivez-nous en quelques lignes votre association/organisation et comment vous avez découvert Horyou.

On passe à l’acte promeut des initiatives positives et a pour but de mettre en lumière les citoyens et les forces vives qui rendent le monde meilleur. Pour ce faire, nous réalisons des interviews que nous diffusons sur le site www.onpassealacte.fr. Après 10 ans d’activité, nous avons posté 700 initiatives et filmé 250 porteurs de projet. Aujourd’hui, nous sommes riches d’un important réseau de forces vives qui contribuent à faire progresser le monde. Nous sommes experts de cette citoyenneté constructrice. Nous connaissons les besoins des porteurs de projet et nous proposons d’être un relai pour inventer des moyens d’améliorer le pouvoir d’agir de cette communauté particulière de personnes. Nous avons découvert Horyou grâce à Alexandre Lecouillard, membre de l’équipe Horyou.

2. Vous êtiez présents pendant 3-4 jours avec votre organisation au Horyou Village lors du festival de Cannes. Qu’est ce qui vous a donné l’envie de participer à cette premiere édition?

Nous rapprocher d’Horyou et explorer les potentialités du festival de Cannes. C’était l’occasion de vivre une expérience hors du commun en allant à la rencontre d’un monde qui nous était jusqu’alors inconnu. C’était finalement l’occasion d’appliquer une des valeurs que nous défendons : aller à la rencontre de ce qui est différent de nous pour faire émerger les complémentarités.

3. Quel bilan tirez-vous de votre présence au Horyou Village? (Avez-vous fait des rencontres intéressantes?)

Nous sommes contents d’avoir participé et heureux des 3 interviews (Dr Georges Bwelle, Yonathan Parienti et Michel Baumann) vraiment intéressantes que nous avons pu réaliser. Nous avons été très bien accueillis au Horyou Village et il nous paraît trés judicieux de poursuivre l’idée de Yonathan de créer des passerelles entre ceux qui ont les solutions à nos problèmes de société et ceux qui ont les moyens de les réaliser. On a seulement trouvé dommage qu’il n’y ait pas eu autant de monde que ça qui passait par le Horyou Village. Une remarque pour les prochaines éditions serait peut-être d’accueillir plus de projets pour être plus représentatif de cette masse d’acteurs qui s’engagent. Nous sommes des milliers!

Onpassealacte4. Un moment phare pendant votre présence au Horyou Village ou plus généralement lors de ce Festival International du Film de Cannes?

La rencontre et l’interview de George Bwelle, le chirurgien, fut “puissante.” Il nous a épaté! Globalement, nous avons été très surpris par la profusion d’argent autour du Festival de Cannes. C’est une impression phare qui nous interpelle sur le fonctionnement de notre société. Si cet argent ne sert qu’à acheter des yachts, des suites d’hôtels et des voitures, c’est inquiétant par rapport au besoin d’argent constant des porteurs de projets qui améliorent le monde. Ils en ont tellement besoin…

5. Parlez-nous un peu de vos projets futurs pour votre organisation/association. Avez-vous un rêve, un souhait particulier pour les mois/années à venir?

Nous rêvons et oeuvrons depuis plusieurs années à la construction d’un outil de mise en synergie pour aider les porteurs de projet qui améliorent le monde. Nous développons aussi de multiples outils pour aider les porteurs de projets à émerger, se rencontrer et se développer (événementiel, plateformes numériques, formation, méthodologie de slow business…). Notre grand rêve c’est de réussir et pouvoir accompagner ce changement de société.

A ce propos,nous souhaiterions être encore plus en contact avec Horyou qui fait d’ores et déjà partie de la constellation de projets qui vont dans ce sens. En effet, nous sommes, aujourd’hui, persuadés que le meilleur moyen de progresser c’est l’union des forces.

Par Laurie Martin

Pour en savoir plus sur Onpassealacte, vous pouvez consulter leur site ou leur page sur Horyou ici.

More Stories

Una referencia en arte urbano en Barcelona, Nau Bostik tiene una historia que remite al pasado industrial de la ciudad – la nave abandonada...