Inspiration

Cancer is still a taboo in many parts of the world. Especially in Asia, where there is an urgent need to raise awareness of the disease and to support people cannot afford to get the right treatment. For 10 years now, EMPOWERED – The Cancer Advocacy Society of Malaysia, has acted on these critical issues, helping and enlightening communities who are suffering from the lack of information and hope. In this interview with Wallance Cheong, project executive at EMPOWERED, a new member of our Horyou platform, shares the values and missions of this organization with our community.

Empowered team during Colorectal Cancer Awareness, Screening & Treatment Project

When was Empowered founded?

EMPOWERED was officially registered with the Registrar of Societies Malaysia in 2008 and is governed by an Executive Committee Board consisting of elected volunteers. It was founded by Dr. Christina Ng, a Consultant Medical Oncologist and our program started from year 2009 onwards. The organization is an ally of the poor who are afflicted with cancer.  EMPOWERED is committed to helping them to cope with cancer and life through the society’s many structured and personalized programs, and we bring these programs right into their homes. Our mission is to save lives, to prevent cancer and eliminate suffering amongst the poor.

Empowered’s Milestones

Your organization raises awareness of a condition that is considered taboo by many. How do you set the tone to discuss it with the general public?

The cancer awareness level, particularly in Asia, remains a challenge and some may perceive cancer as a taboo to be discussed. All the myths and misunderstandings about cancer are generally due to the lack of the right education and knowledge. Thus, we constantly raise public awareness and advocacy through our tailored campaigns and projects, educational exhibitions and talks, workshops etc. Furthermore, in accordance with society’s vision and mission, we actually bring these programs and supports right into the underprivileged communities home. We enable our EMPOWERED professionals to touch the hearts of the public.

Colorectal Cancer Awareness, Screening & Treatment Project

Do you have any plans and projects for 2018 that you would like to share?

We will carry out our annual signature campaign – Colorectal Cancer Awareness, Screening and Treatment Project (CCASTP) 2018. However, unlike previous practice, we would like to heighten public awareness level of cancer issues by organizing a Charity Run. The run is planned to be carried out in November, in conjunction with EMPOWERED’s 10th Anniversary and the Lung Cancer Month, and we are expecting about 2,000 people to join us.

You are a new organization in our Community. Tell us about your expectations and projects for Horyou.

We understand Horyou is an esteemed, established platform and action-oriented social network for the social good; EMPOWERED is honoured to join as a member of this big family. As time goes by, we expect to reach a wider public, raise public awareness and advocacy of cancer and generate funding and support for the sustainability of EMPOWERED’s projects with the aid of Horyou. 

The host city of SIGEF 2018 is a good example of technology used to improve citizens lives. In a series of articles, Horyou blog will showcase some of the many positive aspects of the city!

Singapore

In Singapore, a local app gives you personalized health statistics and tips to improve your habits, while another allows you to pay your parking ticket with your smartphone. These apps are all developed and proposed by the Singaporean government to improve the quality of life of its citizens.

Singapore is often pointed at as one of the smartest cities on the planet. Last year, its Prime Minister Lee Hsien Loong emphasized the goal of becoming the world first smart city-state in the years to come. «We live in a time were cities are getting more and more prominence», says Manuel Tarin, chairman of the Smart City Business Institute.

How to develop a concerted, efficient strategy for a city of 5,6 million residents? It seems that the government has got the challenge right. Apart from the notorious effort of using big data to provide personalized services to the population, the city has also developed technologies that look like they were drawn from a sci-fi movie.

Take health, for instance. Singapore provides a service called TeleHealth, which allows elderly people to be monitored and rehabilitated online, without having to leave their houses. Any citizen can go to a website and access their private medical record and useful health information. When it comes to mobility, the city has a research lab to self-drive vehicles and plans to develop a real-time public transportation app, whereby people can choose routes according to their needs and get the most efficient transportation as quickly as possible.

Since 2014, when the Prime Minister launched the Smart Nation Initiative, Singapore has set dozens of landmarks, supported by stakeholders in the private sector, academia and civil society. Above all the innovation involved, the main goal of the city is to provide a better quality of life to its people, which is why technology is only a means, not the goal. As the Minister in charge of the Smart Nation initiative, Vivian Balakrishnan, said in a recent interview, that way no one will be left behind: «The real challenge is to commoditize the technology so that the new middle class can arise. Using and enjoying the fruits of this technology, that’s really what this challenge should be», she pointed.

Below the water, there is another planet we seldom think about. As I am writing this, it is established that the water world counts more than 228,000 species, while experts estimate that between 500,000 and 2 million more sea organisms are still unknown. They form an ecosystem that is integrated into ours – many other living creatures depend on marine life, and that includes us, humans.

Desierto Liquido was screened in CCCB in Barcelona

In many countries, fish and seafood are the main sources of protein. Yet the vigor of the fish industry is currently under serious threat. From Fiji to Mauritania, the fishing industry has indeed become a precarious if unfair trade with fishermen experiencing increasingly harder working conditions as they must face competition from monster multinational fishing boats, and take account of the overexploitation of fish stocks.

The issue of marine life preservation and the struggle of small fishermen in Africa and Europe to make ends meet was shown last Tuesday in «Desierto Liquido» (Liquid Desert), a documentary that was screened at the Contemporary Culture Center of Barcelona. Directors Alba Azaola and Daniel Carrasco, both former Greenpeace activists, who, on site, were able to see first-hand the current state of the marine life, offered a clear picture of overfishing, poverty and lack of opportunities that the fishermen in developing countries are faced with and that are causing social unrest, forced immigration and ultimately deaths, not to mention conflicts between small communities and big multinationals.

With this documentary, the directors objective is to spread the word about the situation in the seas. «It is an under covered topic that most people don’t want to think about», said Daniel Carrasco. Having already won 4 prizes in as many movie festivals, they would like their documentary to be screened in as many theatres as possible, and plan to turn it into an educational project. «We have had support from teachers and we are trying to get a partnership with governments. From this documentary we are developing related projects like Blue Hope Tuna (a film about the Bluefin tuna)», he added.

After the screening, a panel which included the directors, as well as Lydia Chaparro, an activist and marine biologist, Gustavo Duch, coordinator of the magazine Soberania Alimentaria and Daouda Dieye, a Senegalese national whose fishing family has been heavily impacted by overfishing. Daouda’s speech indeed added a human touch to the issue – all men in his family are fishermen and face the crisis on a daily basis. «The spend weeks at sea, risking their lives and competing with big fishing boats that operate illegally, while the authorities overlook the situation», he stated. “Many migrants from African origin”, he said, “are actually eco-refugees, fleeing poverty that is caused by the lack of opportunities”.

«Liquid desert» makes a call to fish consumers to be more conscious when choosing what to eat. In some countries, regulations require origin guarantee stamps and seals that show where the fishes come from, and the fishing method used. «There are hundreds of fish types in the sea, but people still buy the same ten or twelve types, which aggravates the problem of endangered species», said Lydia Chaparro. «The power of change is in our hands», she added.

The trailer can be seen here (in Spanish)

Horyou is the Social Network for Social Good that connects, supports and promotes social initiatives, entrepreneurs, and citizens who help the implementation of the Sustainable Development Goals to build a more harmonious and inclusive world. In this article, Horyou highlights the challenges of the SDG 14 – Life Below Water.

L’Association “AMIS pous la promotion de la Justice” est une organisation que défend les intêrets des populations les plus vulnérables au Cameroun. Nous sommes heureux d’exposer le profil de cette nouvelle organization sur notre plate-forme Horyou en diffusant l’entretien que nous avons eu avec son coordonnateur national, Mang Abena Guy Joseph.

Projet Circulaire et Assainissement

1. Racontez-nous en quelques mots “AMIS pour la promotion de la Justice” et ses actions.

Notre plan d’action consiste à œuvrer pour l’appropriation et la connaissance par chaque citoyen de ses droits et devoirs afin de limiter les injustices sociales liées à l’ignorance de ces droits. Nos projets principaux sont fréquemment liés aux droits humains, notamment aux droits des femmes. Je citerai, notamment, la vulgarisation de la procédure du jugement d’hérédité, le moto taximan citoyen, le projet eau potable dans cinq villages du Cameroun, la vulgarisation de la procédure d’établissement des actes d’état civil aux associations de femmes rurales, le projet de création d’un centre de santé à Monti au Cameroun, le projet de construction d’une école maternelle et primaire bilingue à Afanoyoa, le projet femmes actives protectrices de l’environnement (F.A.P.E) et enfin le projet d’impliquer les villes africaines dans le développement durable (Projet I.V.A.D.D).

2. Quels sont les défis auxquels vous êtes confrontés en travaillant avec la promotion de la justice et du dialogue interreligieux dans une société aussi diverse que la société camerounaise ?

Le Cameroun compte selon les dernières estimations 47 associations religieuses légalement autorisées. La question de la criminalité basée sur un fondement religieux est le problème majeur auquel sont confrontés tous les Etats de la planète. Elle est l’une des principales causes d’instabilité et de pertes en vies humaines. Au Cameroun, d’importants problèmes liés à l’intolérance religieuse peuvent survenir à tout moment, surtout si rien n’est fait à temps pour les éviter. En oeuvrant en faveur du dialogue interreligieux nous voulons prévenir les conflits, promouvoir le vivre ensemble dans la différence. Nous cherchons ainsi à cultiver la paix durable (ODD 16).

Plaidoyer pour une eau saine en zone rurale

3. Vous pensez donc que les citoyens ne sont pas bien informés sur leurs droits. Comment améliorer cette situation ?

Les citoyens camerounais ne sont pas bien informés sur leurs droits. Toutes les universités camerounaises n’ont pas de faculté de droit d’où l’ignorance par les étudiants eux-mêmes de leurs droits. Ainsi, une enquête menée en mars 2015 par l’association pour la défense des droits des étudiants du Cameroun montre que 70% des étudiants ignorent leurs droits. L’amélioration de cette situation passe inévitablement par un soutien constant aux organisations de la société civile qui promeuvent le droit. Avec le travail de vulgarisation que mène l’association “Amis pour la promotion de la Justice”, le vendeur ambulant, le boutiquier du quartier, la paysanne, le moto taximan ou le couturier, sortent de l’ignorance et revêtent les habits de citoyen. Car la clé de tout développement est la citoyenneté.

4. Êtes-vous engagés pour les Objectifs de Développement Durable de l’ONU ? Lesquels ?

Nos projets concourent à la réalisation des Objectifs de Développement Durable 1, 3, 4, 5, 11, 13, 15 et 16.

5. Quelles sont vos priorités pour 2018 ?

Trouver des partenaires techniques et financiers qui nous soutiennent pour la mise en œuvre de nos projets.

6. “Amis pour la promotion de la Justice” est un nouveau membre de notre communauté. Partagez avec nous vos espoirs et vos plans concernant la communauté Horyou !

L’association “Amis pour la promotion de la justice” espère bénéficier du soutien et de la grande expérience des membres de la communauté Horyou pour grandir d’avantage et réaliser ses projets. En outre nous sommes disposés à être le poumon d’Horyou au Cameroun.

Créée par l’ONG AJDAC, Lyric’Art Media est une unité sociale de production culturelle dont le projet est la diffusion de la culture et des actions sociales innovantes destinées à révéler de jeunes artistes africains via des émissions numériques. Nous avons interrogé Sinclair F, fondateur du projet.

Danse Teké du Nord Bénin

 

Pouvez-vous nous présenter brièvement Lyric’Art Média?

Lyric’Art Média est un média numérique créé par l’ONG AJDAC et dont le but est de faire la promotion de la culture, des valeurs artistiques et des actions sociales innovantes ayant un impact positif sur les populations d’une part et sur les politiques et stratégies de développement d’autre part. Ayant lancé le projet en 2014 avec le Magazine culturel Lyric’Art, nous avons ensuite voulu toucher un peu plus notre audience d’bord en décidant la création de la Web Tv en 2016 puis cette année par la mise en place d’une unité sociale de production (Lyric’Art Production) qui vise à mieux promouvoir les talents et assurer un tant soit peu notre autonomie.

L’Artiste Togolais Kaporal Wisdom sur scène

Dans votre média, vous parlez de talents, de culture et d’actions sociales… Pourquoi vous avez choisi de traiter ces questions ?

L’ONG AJDAC est née de la nécessité d’assurer la visibilité et la promotion du tourisme et de la culture d’une part et le bien-être des populations pauvres et vulnérables d’autre part. Lyric’Art Média est donc un outil pour atteindre ces objectifs, rendre visible nos potentiels culturels et touristiques ainsi que les innombrables bonnes actions dont les impacts contribuent à créer un monde meilleur. Au Bénin comme un peu partout en Afrique, les vrais talents restent encore cachés dans nos quartiers et villages. L’absence d’action pouvant favoriser l’expression de ces jeunes talents aux fins de les promouvoir et le coût élevé des temps d’antenne sur les médias classiques constituent un blocus pour leur éclosion. De même, nous avons le souci de la promotion d’une élite culturelle responsabilisée par les valeurs positives et éducatives véhiculées par leur œuvre. Nous pensons que cette démarche pourrait aider à amener de jeunes artistes sans convictions ni éthique à améliorer leur production.

Cirque Super Acrobate de Cotonou

Y a-t-il eu en 2017 une réalisation qui revêt une importance toute particulière pour vous ?

La mise en boite de notre première émission «Santé Pour Tous», sans doute. C’était excitant ; bien sûr, j’ai réalisé plusieurs éléments audiovisuels mais pour Lyric’Art Média c’était un rêve qui prenait corps. Après les difficultés liées à la logistique (location des caméras…) et les petits soucis de lumière, son… c’était une joie pour toute l’équipe de voir éclore le fruit de nos efforts. Ce sera peut-être notre pire production mais c’était notre première émission. Vous pouvez y jeter un coup d’œil sur notre plateforme à l’adresse suivante: http://lyricartmedia.com/2017/11/19/sante-pour-tous-bientot-en-ligne/

Avez-vous un projet que vous espérez mettre en place en 2018 ?

Un studio mobile. Il s’agit d’aller à la rencontre des richesses culturelles, cultuelles et sociales les plus enfouies et / ou en voie de disparition à travers le Bénin et l’Afrique pour faire découvrir au monde ce merveilleux vivier de couleur, d’amour et de chaleur dont regorge notre continent. Pour ce projet nous avons besoin de partenaires et de soutiens et je serai heureux d’en avoir via Horyou qui regorge à n’en point douter de fervents défenseurs de la nature et des valeurs sociales et culturelles.

Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il ?

Il y a un proverbe Africain qui dit «une brindille ne peut soulever la poussière mais un ballais le peut». La somme des petites bonnes actions peut changer le monde, j’y crois et j’estime qu’il faut qu’on se soutienne pour offrir un monde meilleur à la postérité ! Toutefois, dépendant uniquement de l’ONG AJDAC qui elle aussi fonctionne sur fond propre depuis sa création, nos moyens limités ne nous permettent pas de répondre à toutes les sollicitations. Je profite donc de ce canal pour lancer un vibrant appel à tous ceux qui peuvent nous appuyer pour l’acquisition de caméras professionnelles, micro-ordinateurs, enregistreurs, micros-cravates… pour améliorer nos productions.

Depuis dix ans, l’association “Action sociale” soutient des enfants et adolescents, notamment dans les communautés plus vulnérables au Cameroun, en leur offrant un accompagnement psychologique et psychosocial. En 2018, cette organisation active sur notre plate-forme Horyou fête son dixième anniversaire avec des résultats impressionnants – plus de 100 familles d’enfants vivant avec un handicap ont été accompagnés, pendant qu’environ 2000 entretiens psychologiques ont été menés auprès d’enfants et enseignants dans les écoles camerounaises et que plus de 1000 enfants on été sensibilisés contre les maladies sexuellement transmissibles. Horyou a interviewé le président de l’association, Eustache Essouma.

 

Action Sociale au Cameroun

Pouvez-vous nous présenter brièvement “Action sociale”?

L’association “Action sociale” est née en janvier 2008 du besoin de rendre la communauté accessible à la psychologie. C’est une association à but non lucratif. Ses principales cibles sont les enfants et les mamans adolescentes. “Action sociale” rêve d’une société exempte des maladies chroniques et mentales où les populations sont épanouies et adoptent des comportements positifs et responsables. L’association mène des actions de communication sociale, de prise en charge psychologique ou psychosociale et d’insertion socio-économique dans la communauté par les psychologues, les chercheurs, les consultants, les volontaires, les bénévoles et les membres en vue d’améliorer le bien-être des populations. Sa mission est de lutter contre les maladies chroniques et mentales des populations en organisant des campagnes de mobilisation et de sensibilisation, ainsi que des séances de suivi et d’accompagnement psychologique ; d’épanouir les mamans adolescentes à travers l’insertion socio-économique et de changer positivement les comportements des populations à travers la conception et la production des jeux de société. “Action sociale” intervient aux niveaux de la communication sociale, la santé mentale, la santé communautaire, l’insertion socioéconomique des mamans adolescentes, la formation et la recherche.

Vous éduquez des jeunes sur les sujets sensibles comme le HIV et ses conséquences. Comment aborder ce genre de questions d’une façon effective et délicate en travaillant avec ce public?

Nous utilisons des films et des jeux pour sensibiliser nos cibles. Pour nous l’image et le jeu sont faciles pour une prise de conscience et pour faire passer le message.

Y a-t-il eu une réalisation qui a eu une importance toute particulière pour vous ces dernières années?

Nous avons réussi à créer un jeu de société qui permet de lutter contre les inégalités de genre, de stigmatisation et de discrimination des personnes vivant avec le handicap. En 2018 nous voulons en faire la promotion et le vulgariser.

Enfants jouent avec le jeu de societé

Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il?

Horyou est une plate-forme de communication. Elle est très importante pour les ONG et associations. Nous encourageons tout le monde à se l’approprier.

More Stories

Cancer is still a taboo in many parts of the world. Especially in Asia, where there is an urgent need to raise awareness of...