Environnement

Engagée sur les thèmes de la préservation des forets et de l’accès à l’eau potable aux populations des pays africains, la ministre de l’Économie forestière, du Développement durable et de l’Environnement de la République du Congo, Rosalie Matondo, était une invitée très spéciale du SIGEF à Marrakesh, lors de la COP22. Paneliste au premier jour du Forum, elle nous a parlé sur les projets du gouvernement congolais pour l’environnement et sur l’importance de la COP22 pour mettre les accords sur le changement climatique en action.

La ministre Rosalie Matondo a parlé au publique du SIGEF
La ministre Rosalie Matondo a parlé au publique du SIGEF

Pouvez-vous nous expliquer sur vos projets de préservation des forêts au Congo et son impact social?

Les forêts, comme nous le savons, régulent les équilibres climatiques mondiaux. Étant conscients de cela, nous avons lancé un grand programme national de reforestation et de reboisement d’un million de plantations. Nous avons une grande superficie de forêts naturelles au Congo et nous sommes conscients que nous devons les préserver. D’un autre coté, le bois est encore utilisé comme source d’énergie extraite des forêts naturelles dans beaucoup de nos pays. C’est pourquoi le gouvernement de la République du Congo a lancé ce programme de reforestation et reboisement, afin que les populations non seulement continuent à utiliser le bois comme source d’énergie, le bois issu des plantations, mais également à pouvoir faire un grand projet de séquestration du carbone.

Le deuxième projet c’est “L’eau pour tous”. Le gouvernement congolais a lancé un programme d’installation de 4 mille forages dans les villages où l’eau de source pose encore un problème. Cela permet l’approvisionnement de l’eau potable mais également d’alléger la pénibilité des femmes qui dans les villages sont obligées de faire des kilomètres pour aller puiser le l’eau.

Durant la COP22, le gouvernement Congolais a lancé un fond de préservation des forêts. De quoi s’agit-il?

C’est le fond bleu pour le Bassin du Congo, toujours pour cet accès à l’eau mais également pour les systèmes de production modernes de l’agriculture, donc des systèmes d’irrigation. La COP22 pour nous c’est une opportunité de financement et de transfert de technologie. Nous savons que les gouvernements peuvent participer au financement de nos projets. Notre attente ici c’est que, déjà, tous ensemble, nous travaillions sur le transfert de technologies et tous ensemble, nous réfléchissions sur la mobilisation et le financement.

La ministre de l’Économie forestière, du Développement durable et de l'Environnement de la République du Congo
La ministre de l’Économie forestière, du Développement durable et de l’Environnement de la République du Congo

Quelles sont les axes de développement de la République du Congo pour la COP22?

Nous avons les acquis de la COP de Paris, parce que nous partons de là. Dans la COP de Paris, les pays du Bassin du Congo avaient donné leur position, et nous, la République du Congo, avons appuyé cette position des pays d’Afrique, des pays du Bassin du Congo et également des 77 pays plus la Chine. Pour nous, toutes les décisions prise lors de la COP21 de Paris sont incontestables, maintenant nous devons aller vers l’opérationnalisation ; c’est pourquoi je remercie son altesse royale qui a mis l’accent sur l’action ici sur la COP22. Nous devons aller vers l’action. Je crois que toutes nos populations sont fatiguées des promesses qui n’apportent pas de solutions. La COP21 à Paris a démontré que nous avons tous pris conscience de la gravité de la situation et même les pays qui n’ont pas signé le Protocol de Kyoto ont signé l’Accord de Paris. Nous avons vu avec quelle rapidité l’Accord est entré en vigueur et c’est un espoir pour la planète toute entière. Nous voulons nous accrocher à cette espoir et trouver des solutions et mettre en action.

De quelle manière le changement climatique a affecté le Bassin du Congo et quelles sont les mesures pour réduire cet impact?

Le Bassin du Congo est la zone où la déforestation est la moins importante. Nous n’avons que 0,05% de déforestation. Mais nous n’en sommes pas contents. Nous savons que ce poumon là, comme le poumon de l’Amazonie, peut aider la planète. C’est pourquoi la République du Congo, après les années 2000, a opté dans sa législation pour une gestion durable des forêts, avec un aménagement forestier, avec la certification forestière, avec le programme national de reforestation et reboisement ; au total, 13% de son territoire est ainsi protégé. Tous ces efforts convergent vers la contribution à la préservation de cet écosystème. Et nous allons vers un fond bleu pour le bassin du Congo qui va aider à la gestion des plans d’eau mais aussi à l’approvisionnement des populations.

Écrit par Vivian Soares

The UN Secretary General Ban Ki-moon and Patricia Espinosa, UNFCCC Executive Secretary
The UN Secretary General Ban Ki-moon and Patricia Espinosa, UNFCCC Executive Secretary

The Conference of the Parties – COP – is getting more exposure by the year as the effects of man-induced climate change is becoming ever more evident. The Paris agreement last year, endorsed by all parties, was a clear call to all governments involved to quick action; COP 22, held this November in Marrakech, on the African continent, highlighted the parties’ commitment to the urgency of appropriate solutions and implementation of effective policies. In an international press conference, the UN Secretary General Ban Ki-moon praised the High-Level plenaries’ work and expectations, as well as the resulting resolutions to act now to reduce the effects of global warming.

“Climate change is a reality; emissions continue to increase and time is running against us”, he urged. Recalling that 2015 was the hottest year ever registered in history, he warned that 2016 will probably be even hotter, based on the signs that can be seen in the Antarctic and Artic continents. “No country, no matter how powerful, is immune to climate change”, he added.

The UN Secretary General however expressed his strong belief that the international community can move forward in time, and that the discussions in Marrakesh, after the Paris agreement that came into force in a record time are a good indication of that hopeful outcome: “A global meeting around the climate that was once unthinkable is now unstoppable”.

Asked about the US President elect declarations questioning the Paris Agreements and his intention to repeal them, Mr Ban Ki-Moon said that the international community, including American corporations, states and cities, have understood the severity of the effects of climate change and are moving forward putting emissions reductions policies into place, no matter what. He believes that low carbon economy is the policy of the future, and relies on the US President elect reputation for being a talented businessman to understand the urge to invest in smart climate projects as profitable ventures. “There are market forces that are already acting. And there is no plan B”, he declared adamantly.

The UN Secretary General was confident and optimistic about the outcomes of COP22 – and mentioned the Kingdom of Morocco as a committed country to put policies into force, as well as a key player and one of the main investors in Africa in renewable energies. As for the message that he addressed to the global community, he vowed that leaders have moral and political responsibility and show that they are all united.

Written by Vivian Soares

L’esprit de communauté, partage et fraternité sont la marque de ACDI-TOGO, une association sans but lucratif qui offre des activités de formation et d’animation pour les enfants et femmes au Togo, en plus de développer des projets de santé et d’environnement. L’Association ACDI nous présente aujourd’hui ses actions et ses projets.

L´équipe et les bénévoles ACDI Togo
L´équipe et les bénévoles ACDI Togo

1. Pouvez-vous nous présenter brièvement ACDI?

ACDI-TOGO est une association à but non lucratif qui vante l’amitié et la solidarité basée au Togo. L’association ACDI-TOGO organise des actions telles que :

  • SOS Orphelinat (mission ou stage dans un centre orphelinat pour enfants)

  • Construction et rénovation d’infrastructures socio-éducatives et sanitaires publiques

  • Cours, soutien scolaire et animation socio-éducative & culturelle avec les enfants

  • Alphabétisation des femmes en milieu rural

  • Sensibilisation contre IST / VIH-SIDA et contre le paludisme

  • Reboisement et sensibilisation environnementale

  • Tourisme solidaire ou éco-tourisme

Nos missions (chantiers) et stage humanitaires sont ouverts à toute personne majeure désireuse de travailler avec les enfants, sans distinction de sexe, de religion ou de nationalité. Seul compte l’esprit de fraternité et de bénévolat. Aucune compétence particulière n’est exigée, sauf pour des missions spécifiques.

2. Y a-t-il eu une réalisation qui a eu une importance toute particulière pour votre association ces dernières années?

Cette année 2016 l’association a réalisé un projet de soutien scolaire pour les enfants dans un village nommé Dafo et lors de cette réalisation nous avons eu les volontaires qui eux on fait des dons de fournitures scolaires a tous les enfants de la classe.

ACDI Togo organise des cours, soutien scolaire et animation socio-éducative
ACDI Togo organise des cours, soutien scolaire et animation socio-éducative

3. Avez-vous un projet que vous espérez mettre en place prochainement et dont vous souhaiteriez nous parler?

Etant une association humanitaire, l’association ACDI-TOGO a des projets de développement comme:

  • Projet de construction d’un centre d’orphelinat

  • Projet de construction d’un bâtiment scolaire

  • Projet de construction de latrines ou WC publics

  • Projet d’un puits potable

  • Projet d’une bibliothèque

  • Projet d’un centre de santé

4. Pouvez-vous nous expliquer comment fonctionnent les stages et séjours de volontariat au sein de votre organisation. Quels sont les anecdotes qui ont marqué votre ACDI durant ces stages/séjours?

L’association reçoit des stagiaires en médecine, droits de l’homme, journalisme, médecine vétérinaire, économie, cours de langues, soins animaliers, architecture/aménagement, génie civil/ingénierie et Infirmerie. Les stages ont une durée de 1, 2 ou 3 mois et pas de gratification. L’association reçoit de 6 à 8 stagiaires tous les mois de l’année. Chaque stagiaire paye une frais selon la durée de son stage et ces frais se chiffrent à 300 euros par mois. Sur ces frais, l’association prélève les coûts de prise en charge des hébergements. Pour candidater il faut envoyer le Cv + lettre de motivation sur asso.acditogo@gmail.com.

L'Association organise les projets de santé
L’Association organise les projets de santé

5.  Que pensez-vous d’Horyou et de sa communauté dont vous êtes un membre actif?

Pour l’association ACDI-TOGO le site Horyou et sa communauté est un site qui permet à nous les associations d’échanger et de faire connaitre nos actions et domaines d’intervention. Sur cette plate-forme, nous avons eu l’occasion de trouver deux volontaires qui ont participé à nos missions (soutien scolaire + animation avec les enfants).

6. Notre philosophie s’articule autour de valeurs universelles que nous retrouvons dans le slogan « Dream, Inspire, Act ». Qu’est ce que ces 3 mots évoquent pour vous et votre organisation?

Le slogan « Dream, Inspire,Act » est une philosophie qui donne des envies, rêves, et actions faites dans le monde ; avant tout il faut avoir un rêve qui va vous inspirer dans une actions humaines donc pour ACDI-TOGO le slogan a la philosophie d’un monde meilleur.

7. Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il?

Nous cherchons des volontaires, bénévoles, partenaires et autres! Chers membres Horyou, restons solidaires pour un monde meilleur!

Écrit par Hannah Nunes et Vívian Soares

Journalistes, activistes et défenseurs de la pensée plurielle et critique – le « magazine indigné » Te Laisse pas Faire a de vrais penseurs dans son équipe. Ce magazine alternatif est un membre actif de la communauté Horyou dont il fait partie depuis le lancement de sa plate-forme. Nous vous invitons à réfléchir et profiter de cette interview avec les indignés du social good!

Te Laisse Pas Faire - un magazine alternatif
Te Laisse Pas Faire – un magazine alternatif

Pouvez-vous nous présenter brièvement Te Laisse Pas Faire?

Le thème principal est le naturel. Pour nous reconnecter avec notre être, avec les autres et avec le merveilleux monde qui nous entoure, en toute positivité!  telaissepasfaire.com est un site internet et une application mobile qui traite de sujets ouverts sous un angle différent de ceux que l’on voit dans les médias mainstream. Écologie et paix, voilà notre crédo!

Vous vous êtes donné le nom de Magazine Indigné. Quelles sont les raisons de ce cri d´indignation?

Nous nous indignons contre la pensée unique, ou la pensée binaire! Être dans le bien ou être dans le mal. Vivre « normalement », comme tout le monde, ou vivre en « marge de la société ». La vie ce n’est pas noir ou blanc, la vie c’est plein de couleurs !  Nous nous indignons contre les injustices. Nous nous demandons pourquoi des multinationales, par exemple, ont le droit de saccager la terre et nous empoisonner en toute impunité alors que les autres citoyens tombent sous le coup de la loi à la première occasion venue. TLPF s’indigne contre les idées reçues qui nous coupent de notre être et de nos si belles différences. Si on y réfléchit bien, quel intérêt y a t-il à vivre dans un monde uniformisé? Nous nous indignons contre tout ce qui peut nous faire culpabiliser d’être nous même et de vouloir vivre pleinement notre vie. Mais plutôt que passer notre temps à être contre, nous savons qu’il est surtout important d’être pour! C’est pourquoi nous préférons nous focaliser sur les bonnes actions et les alternatives, plutôt que de passer du temps à critiquer ce qui ne nous plaît pas.

Vos sujets sont l’alimentation, l’écologie, la santé, la spiritualité et la consommation. Pourquoi vous avez choisi de traiter ces questions et quels sont vos objectifs?

L’idée est de montrer comme, en général, dans nos sociétés occidentales, nous ne faisons plus rien naturellement, instinctivement ou en suivant nos réelles envies… Nous naissons pleins de bonnes intentions, connectés à nous même puis la société tente de nous façonner à sa manière. Résultat? Nous ne savons plus réellement qui nous sommes, ce que nous aimons, ce que nous voulons. Nous aimons ce qu’on nous dit d’aimer, nous mangeons ce qu’on nous dit de manger, nous pensons ce qu’on nous dit de penser. Mais… stop ! Nous pouvons aussi nous poser, nous questionner, savoir si notre vie nous convient. On nous dit qu’il faut être beau, avoir un bon travail, gagner de l’argent, avoir une belle maison, une belle voiture, être poli, manger 3 repas par jour, manger de tout, être heureux avec ça.. On nous dit qui il faut aimer, qui il faut détester. Ouf, c’est bien strict tout ça ! Il se peut que cette vie « générique » plongée dans la société de consommation convienne à certains. Et qu’ils la suivent en pleine conscience! Mais il se peut également qu’elle déplaise à d’autres personnes. Nous prônons donc une société ou chacun a sa place, sans jugement et sans pensée unique et où nous ne vivons plus notre vie comme une habitude. TLPF montre ainsi différentes façons de voir les choses et présente les alternatives qui s’offrent à nous, pour que chacun s’interroge et puisse vivre sa vie comme il le souhaite. Pour que chacun puisse s’écouter, écouter son corps et répondre à des lois naturelles plutôt que sociétales. Car toutes les idées se valent, tous les choix sont parfaits, la nature est tellement variée! Pour que chacun soit informé et ait la liberté de choisir quel mode de vie lui convient. 

Le magasin partage des messages qui provoquent la réflexion
Le magasin partage des messages qui provoquent la réflexion

Y a-t-il eu une réalisation qui a eu une importance toute particulière pour votre magazine ces dernières années?

telaissepasfaire.com est une véritable source de positivité, et apporte un tas de découvertes ! Toutes ces rencontres faites au fil des mois, avec des personnes aussi différentes qu’intéressantes nous enrichissent les uns les autres et c’est pour notre plus grand bonheur! TLPF agit par petites touches, en aidant et en recevant tout autant. Nous partageons nos services autant que possible avec les différents acteurs de la toile mais également dans diverses associations. Ce qui est formidable justement c’est de pouvoir donner à son échelle, sans forcément passer par un échange monétaire. Toutes ces rencontres ont leur importance.

Avez-vous un projet que vous espérez mettre en place prochainement et dont vous souhaiteriez nous parler?

TLPF souhaite partager les multiples façons de voir la vie et nous sommes donc ouverts à toute personne qui souhaite écrire sur un sujet qui la passionne ou simplement pour passer un message. Plusieurs rédacteurs ou novices nous ont déjà fait l’honneur d’écrire pour donner leur point de vue. Nous passons donc le message pour ceux que cela pourrait intéresser : ce serait avec plaisir !

Nous allons également lancer un nouveau projet participatif qui mettrait en scène des petites actions au quotidien, des idées que peuvent avoir certains pour être toujours plus écolo, être dans le partage ou s’ouvrir l’esprit.

Donc dans tous les cas, si vous souhaitez partager avec nous, n’hésitez pas à nous écrire à contact@telaissepasfaire.com

Que pensez-vous de Horyou et de sa communauté dont vous êtes un membre actif?

TLPF est inscrit dur Horyou depuis sa création. C’est apparu comme une évidence! Un réseau social accès sur les « bonnes causes » et qui véhicule un esprit positif et d’entraide, c’est tout ce que nous aimons. Nous postons tous nos articles sur le réseau et c’est également une façon de parler à un public ouvert et sensibilisé. Si « leur » monde ne nous plaît pas, à nous d’en créer un meilleur. Horyou y contribue en offrant un réseau parallèle relatant uniquement les actions et pensées qui vont dans un sens d’ouverture et de solidarité. Merci pour cela!

Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il?

Vous êtes parfait! Ne changez pas, acceptez-vous et le monde s’adaptera. Les choses changent, de plus en plus de personnes prennent conscience que ce mode de vie ne leur convient pas. Au fil du temps, nos connaissances augmentent, on tire des leçons de nos erreurs. Prenons aujourd’hui conscience de la conséquence de nos actes, assumons-les pleinement et vivons ainsi en harmonie avec la nature tout en étant en paix avec nous-même. Bonne journée à tous!

Écrit par Vívian Soares

Finissons notre semaine de manière positive avec l’Association des Jeunes pour un Comportement Positif (AJECP). Allons à la rencontre d’une association basée au Cameroun, qui s’engage tous les jours à améliorer les conditions de vies sociales, la santé et l’environement des jeunes Camerounais.

AJECP Cameroun team
AJECP Cameroun team

Pouvez-vous nous présenter brièvement AJECP Cameroun?

L’aventure AJECP (Association des Jeunes pour un Comportement Positif) commence au club santé du lycée général à Yaoundé puis se transforme en association le 1er décembre 2011 par Benjamin Ambela, président du club et élève en classe de terminale la même année. AJECP travaille dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations dans la santé, l’environnement et le social. L’association s’appuie sur les cotisations de ses membres et ainsi que les dons de ses partenaires institutionnels.

Y a-t-il eu une réalisation qui a eu une importance toute particulière pour votre association ces dernières années? 

Chaque jour, nos membres sur le terrain améliorent la vie de plusieurs personnes vulnérables. À travers notre programme «Papa Bonheur» avec l’appui de notre partenaire Malaria no More Cameroun, nous avons équipé deux centres d’accueil des enfants en détresse et ainsi 50 femmes enceintes des moustiquaires imprégnées à longue durée d’action. Grace à cette action le taux de mortalité du paludisme a diminué dans des centres d’accueils.

Campagne Papa Bonheur au Centre d'accueil des enfants en détresse de Yaoundé
Campagne Papa Bonheur au Centre d’accueil des enfants en détresse de Yaoundé

Avez-vous un projet que vous espérez mettre en place prochainement et dont vous souhaiteriez nous parler?

Selon le HCR, au Cameroun 327 000 enfants en âge scolaire (3 – 17 ans) seront affectés par les différentes crises (afflux de réfugiés, déplacements de population) et ont donc besoin d’une assistance humanitaire. Les différentes crises humanitaires exercent une pression supplémentaire sur un secteur éducatif déjà confronté à d’importants problèmes structurels en termes d’enseignants et d’infrastructures. Les enfants affectés ayant été déscolarisés pendant quelques années ont également vécu des épisodes traumatiques. Le niveau de vulnérabilité auquel ils sont soumis est très élevé. Il s’agit notamment des attaques potentielles de leurs villages, d’enrôlement forcé pour les garçons, le risque de viol et le mariage précoce pour les filles par les combattants de Boko Haram présents dans le nord du pays mais également de groupes rebelles à l’est. Pour accompagner ses enfants dans les camps de déplacement nous souhaitons mettre en place le projet «Initia», un programme d’apprentissage et de soutien psychologique des enfants et des parents vulnérables à distance mais les moyens ne nous permettent pas encore de démarrer cette initiative que nous trouvons innovante. Nous sollicitons des partenaires (bailleurs de fonds, donateurs…) pour nous accompagner.

Vous avez participé à la journée Mondiale de l’enfant africain. Qu’est-ce que cette journée représente pour AJECP, avez-vous fait quelque chose de particulier?

Cette journée est très indispensable pour AJECP, étant tous jeunes nous nous identifions aussi en tant qu’enfant. Depuis 4 ans, AJECP a toujours organisé des activités en prélude mais cette année, faute de budget, nous avons travaillé en amont avec le ministère des Affaires sociales et tous les acteurs associés à l’organisation de célébration de la journée mondiale de l’enfant africain au Cameroun.

Opération un cahier un crayon une ardoise pour la scolarisation des enfants en détresse
Opération un cahier un crayon une ardoise pour la scolarisation des enfants en détresse

Pouvez-vous nous en dire plus au sujet de votre “opération zéro déchet plastique”? 

L”Opération zéro déchet plastique” est un programme de notre projet « Green Army » qui vise à transformer chaque Camerounais en un acteur de la protection et la préservation de l’environnement. Au Cameroun, la grande partie des déchets observés dans la nature en zone urbaine sont du plastique. Opération zéro déchet plastique est une campagne d’information, de sensibilisation, d’éducation sur les 3R (Réutiliser, Réduire, Recycler). Pour se faire, nous travaillons en collaboration avec des leaders communautaires et célébrités comme Roger Milla et Jules Nyongah pour véhiculer facilement notre message.

Que pensez-vous d’Horyou et de sa communauté dont vous êtes un membre actif?

Horyou est une plateforme qui regroupe des entrepreneurs sociaux. Avec le temps, nous pensons qu’Horyou sera le leader en action humanitaire au monde.

Qu’est-ce que la plateforme vous apporte dans le cadre de votre action?

A travers la plate-forme Horyou, AJECP gagne en visibilité dans le monde, la majorité de ceux qui ont visité la page Horyou ont vu notre logo. En outre, nous notons la participation dans les grand évènement internationaux (SIGEF, Festival de CANNES).

Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il?

Comme message personnel, je dirais de ne pas juger ceux qui nous entourent par leurs défauts mais plutôt les encourager à améliorer leurs qualités. Je pense que chaqu’un de nous a une qualité à faire valoir dans sa communauté si jamais il a des moyens qui l’encouragent.

Écrit par Hannah Nunes

Cannes Film Festival is a unique event in many respects as indeed it is a place where movie-making royalty gather to showcase and celebrate cinema, while the powerful meet to illuminate and make a call to action on the very real life issues and stories that are changing our world. This year, I was delighted to meet Helga Piaget, former wife of Yves Piaget, CEO and President of luxury Swiss jewellery and watch company Piaget. Helga is a remarkable woman of integrity, using her voice for positive social impact. She is passionate about Ocean conservation and education of the next generation and I was delighted she took the time out to speak with me about her Passion Sea organization .

Helga Piaget
Helga Piaget

1. Tell us a bit about the inspiration behind Passion Sea, how did it all begin? 

Living on the coast of the Mediterranean makes you be connected with the element of water on a daily basis; you can’t help but notice how alarming the pollution of the waters has become. It made me react in founding Passion Sea, an environmental, educational and artistic project. Water is not only what we need, it’s what we are. The cycle of life, of our body is the same as the water cycle on our planet. We need clean water to survive! It is evident that we need to react!

2. Many companies are reforming their business models to reflect changing consumer patterns of demand and values. The millennial generation are more environmentally aware and proactive than the previous ones. Is this why Passion Sea focuses on educating the next generation? Do you believe that a culture change towards more sustainable behavior has to begin in the classroom?

The young generation is in charge of the world of tomorrow and will help shape its future. For this reason, Passion Sea focuses on young people through art contests, books, films, music and sports, so they become aware in their formative years, of the importance of protecting the seas, the waters into the future. Giving the children this ecological education is the only way to change behaviors on our planet and to have a chance to survive! Rivers, lakes, seas and oceans don’t need us; we need them and have to start respecting them again, like our ancestors did when they honored the waters with gods for their  purity! The population on our planet is growing and the amount of clean water is regressing! The plastic pollution of the last 50 years is slowly but surely killing the waters, and the living marine species! Without education, we will have more plastic in the oceans and in 20 years, all fishes will die!

Youth education project from Passion Sea
Youth education project from Passion Sea

3. Tell us about some of the work Passion Sea has been involved with so far? You will have an event at Toronto Film Festival?

Since 2 years Passion Sea has been spreading awareness around the Globe through it’s art contest, workshops, gala dinners, golf tournaments, books, films and a fantastic music to come! We are using all social media to bring the awareness to the maximum audience possible! Schools in many countries follow our artistic and educational program in the classrooms. By motivating the children through their own creations of a marine environment on paper, they will remember these lessons for a long time! Palm Beach, Monaco, Venice, Milan, St Moritz, Cape Town and many more locations already have a Passion Sea event ! Now we are preparing some amazing days in Toronto, Canada, on September 9/10, starting with a kid’s day, followed by a VIP Golf tournament and an evening in the beautiful Ripley’s aquarium. This event will take place during the Toronto film festival. It will be a meeting with international VIP’s from Film, TV, Sport, Business and Politics who will be listening to important speeches from Marine biologists, researchers, nutritionists and water experts in a lounge style evening around the entire aquarium, and it will be broadcast around the Planet! We are looking forward to a great party, supported by the mayor of Toronto and a number of major local and international companies!

4. One of Horyou’s key values is solidarity. Do you believe in the power of collective action to make progress? Has Passion Sea partnered with any person or organization so far? 

We very much believe in collaboration! We are linked with numerous associations allover the world, in respect with pollution, over-fishing, climate change etc. Scientists and researchers, alongside the foundation of HSH Prince Albert II are supporting our project! Together we can change behaviors! Let’s join forces and unite like drops of water to become a powerful, passion filled sea of change. Passion Sea.

5. Horyou supports people acting on their dreams. What is the ultimate goal of Helga Piaget with Passion Sea? 

Our mission with Passion Sea is to instill awareness and change habits of the global population, to restore, respect and protect the waters of our life! Every school should teach the importance of water! Let’s change the world and make it a better and more respectful place! Our own lives will depend on these changes. It is true that our own lives will depend on these changes. I think the world has woken up to the fact that conservation of our natural world is not something that should be treated with a long term view. Our people and planet are being impacted now and so the time to act is now. People like Helga and platforms like Horyou can help mobilize and raise awareness, but it is within every single persons remit to make an individual effort to be the change you want to see in the world.

Written by Dearbhla Gavin

More Stories

Transformar milhas de viagens em benefícios para projetos sociais de educação. Essa é a proposta do Milhas do bem, lançado pela Smiles este mês...