benin

Créée par l’ONG AJDAC, Lyric’Art Media est une unité sociale de production culturelle dont le projet est la diffusion de la culture et des actions sociales innovantes destinées à révéler de jeunes artistes africains via des émissions numériques. Nous avons interrogé Sinclair F, fondateur du projet.

Danse Teké du Nord Bénin

 

Pouvez-vous nous présenter brièvement Lyric’Art Média?

Lyric’Art Média est un média numérique créé par l’ONG AJDAC et dont le but est de faire la promotion de la culture, des valeurs artistiques et des actions sociales innovantes ayant un impact positif sur les populations d’une part et sur les politiques et stratégies de développement d’autre part. Ayant lancé le projet en 2014 avec le Magazine culturel Lyric’Art, nous avons ensuite voulu toucher un peu plus notre audience d’bord en décidant la création de la Web Tv en 2016 puis cette année par la mise en place d’une unité sociale de production (Lyric’Art Production) qui vise à mieux promouvoir les talents et assurer un tant soit peu notre autonomie.

L’Artiste Togolais Kaporal Wisdom sur scène

Dans votre média, vous parlez de talents, de culture et d’actions sociales… Pourquoi vous avez choisi de traiter ces questions ?

L’ONG AJDAC est née de la nécessité d’assurer la visibilité et la promotion du tourisme et de la culture d’une part et le bien-être des populations pauvres et vulnérables d’autre part. Lyric’Art Média est donc un outil pour atteindre ces objectifs, rendre visible nos potentiels culturels et touristiques ainsi que les innombrables bonnes actions dont les impacts contribuent à créer un monde meilleur. Au Bénin comme un peu partout en Afrique, les vrais talents restent encore cachés dans nos quartiers et villages. L’absence d’action pouvant favoriser l’expression de ces jeunes talents aux fins de les promouvoir et le coût élevé des temps d’antenne sur les médias classiques constituent un blocus pour leur éclosion. De même, nous avons le souci de la promotion d’une élite culturelle responsabilisée par les valeurs positives et éducatives véhiculées par leur œuvre. Nous pensons que cette démarche pourrait aider à amener de jeunes artistes sans convictions ni éthique à améliorer leur production.

Cirque Super Acrobate de Cotonou

Y a-t-il eu en 2017 une réalisation qui revêt une importance toute particulière pour vous ?

La mise en boite de notre première émission «Santé Pour Tous», sans doute. C’était excitant ; bien sûr, j’ai réalisé plusieurs éléments audiovisuels mais pour Lyric’Art Média c’était un rêve qui prenait corps. Après les difficultés liées à la logistique (location des caméras…) et les petits soucis de lumière, son… c’était une joie pour toute l’équipe de voir éclore le fruit de nos efforts. Ce sera peut-être notre pire production mais c’était notre première émission. Vous pouvez y jeter un coup d’œil sur notre plateforme à l’adresse suivante: http://lyricartmedia.com/2017/11/19/sante-pour-tous-bientot-en-ligne/

Avez-vous un projet que vous espérez mettre en place en 2018 ?

Un studio mobile. Il s’agit d’aller à la rencontre des richesses culturelles, cultuelles et sociales les plus enfouies et / ou en voie de disparition à travers le Bénin et l’Afrique pour faire découvrir au monde ce merveilleux vivier de couleur, d’amour et de chaleur dont regorge notre continent. Pour ce projet nous avons besoin de partenaires et de soutiens et je serai heureux d’en avoir via Horyou qui regorge à n’en point douter de fervents défenseurs de la nature et des valeurs sociales et culturelles.

Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il ?

Il y a un proverbe Africain qui dit «une brindille ne peut soulever la poussière mais un ballais le peut». La somme des petites bonnes actions peut changer le monde, j’y crois et j’estime qu’il faut qu’on se soutienne pour offrir un monde meilleur à la postérité ! Toutefois, dépendant uniquement de l’ONG AJDAC qui elle aussi fonctionne sur fond propre depuis sa création, nos moyens limités ne nous permettent pas de répondre à toutes les sollicitations. Je profite donc de ce canal pour lancer un vibrant appel à tous ceux qui peuvent nous appuyer pour l’acquisition de caméras professionnelles, micro-ordinateurs, enregistreurs, micros-cravates… pour améliorer nos productions.

Every time we decide to buy something, from vegetables to cars, we are making a choice that affects a long chain of production. We must make sure that these daily choices are sustainable if we want to build a better future.

Photo: UNDP

In Bangladesh, thousands of workers face the same daily struggle: sewing for 12 or more hours a day in clandestine factories, making only enough money to survive, while allowing for fast-fashion brands to sell their clothes for affordable prices. In Brazil, farmers use pesticides, putting profits before their workers and consumers health, and killing bees and birds without whom no healthy and natural environment is possible. Do we really want to continue to support a chain of exploitation and environmental damage?

SDG 12 is about sustainable consumption and production – and it has everything to do with our choices and priorities as individuals. However, it also needs the support of governments and international organizations to define norms and policies to ensure we build better business practices.

UNDP has raised the flag of soil, water and air pollution, and exposure to toxic chemicals challenges. Despite the many international agreements, only about half the parties to the Basel, Rotterdam and Stockholm conventions that regulate disposal of waste, pesticides and organic pollutants have provided the data and information they had agreed to. Consumption and, consequently, waste, have been increasing in the last 15 years, feeding chains like modern slavery and causing health and social problems.

We can do better as a society! Apart from carefully choosing what we buy and where, we should show a preference for regional and seasonal products and brands that are committed to sustainable regulations. We should act like responsible citizens and put pressure on our governments and organizations to implement better policies that are bound to guarantee a fair production.

We can also support organizations that undertake serious work in sustainable agriculture, and subscribe to eco-conscious and fair trade conduct. On our Horyou platform, one of the most active organizations is Food and Agriculture Initiatives for Development (FAID NGO), which is committed to biodiversity and healthy agriculture, and aims to reach Zero Hunger in Benin, Africa. In Europe, Terre et Humanisme, a French NGO, also promotes agro-ecology to provide food autonomy to vulnerable communities and educate the public on safe and natural consumption.

If you wish to support this SDG, you can do so through Horyou. Go to Horyou platform and choose an NGO or project that helps promote sustainable consumption and production in your region or anywhere in the world. You can also show your support by participating in #HoryouLightChallenge! Be the change, be Horyou!

Une organisation active sur notre plate-forme Horyou, l’ONG FAID – Food and Agriculture Initiatives for Development – travaille sur les projets agro-écologiques au Bénin dans l’espoir de promouvoir le dévéloppement durable en stimulant une agriculture équitable et une alimentation saine. Nous avons interviewé Vianio Kougblénou, secrétaire executif de l’ONG, qui nous a inspirés avec ses idées et projets pour l’environnement et l’éducation!

ONG Faid au Benin

Pouvez-vous nous raconter en quelques mots votre histoire et vos projets ?

Tout est parti d’un amour partagé entre personnes venant d’horizons divers pour une agriculture et une alimentation plus «saines et équitables», au regard des conséquences sanitaires graves et grandissantes de la production conventionnelle et des pertes et gaspillages alimentaires notoires, cause majeure de la famine. De Juin 2017 à ce jour, nous avons appuyé la création de trois jardins solaires et communautaires ; sensibilisé les élèves à ce que doit être l’agriculture à l’ère du changement climatique ; fait la production agro-écologique de semences de légumes menacées et en avons fait don aux écoles et aux maraîchers ; fait de la transformation de produits pour éviter leur gaspillage (fruit à pain, curcuma, tomates, farine de maïs sans amidon, jus de fruits bio…).

Quels sont les objectifs les plus importants de votre organisation ?

L’ONG FAID a pour mission principale la valorisation des filières agricoles et animales en passant par leur organisation, production et transformation en vue d’assurer la sécurité alimentaire et de lutter efficacement contre les pertes et gaspillages, source d’extrême pauvreté. Nous voulons encadrer les producteurs et les sensibiliser à la gestion optimale des ressources pour une agriculture et une alimentation «saines et équitables» ; motiver et piloter des initiatives, projets et activités axés sur la réduction des pertes et gaspillages alimentaires ; offrir une assistance nutritionnelle aux orphelins, aux handicapés et aux personnes fragilisées ; assainir l’environnement et valoriser la filière agricole et animale.

L’ONG FAID a le soutien et un partenariat avec Slow Food International

Quels sont vos projets pour 2018 ?

A l’ONG FAID, préserver de façon soutenable la biodiversité est notre passion! Pour relever ce défi majeur, en 2018, nous comptons développer et vulgariser l’agri-technologie «GléSika», une innovation qui permet de résoudre le problème de gestion optimale d’eau du côté de la pépinière. Autre projet, “One School = One agro-ecological Garden”, projet d’Éducation à l’Environnement et au Développement Durable (EEDD) lancé en 2017 avec le soutien financier de Slow Food International, suivi de dons de kits de démarrage ou de renforcement de jardins scolaire ou pédagogiques. Il y a aussi le projet-programme «Jardins des Pêches», visant à faire de Cotonou une ville durable en matière de productions végétales et animales. Démarré en phase pilote en 2017, nous y faisons déjà de la production organique de lapins et de volailles locales et de la production de semences des espèces végétales menacées.

Projet Jardin des Pêches

Voulez-vous laisser un message pour notre communauté Horyou ?

Les obstacles à la préservation de l’environnement sont institutionnels, financiers et politiques, et l’on sait comment les lever : il s’agit de développer et de promouvoir un partenariat mondial (Nord-Sud) pour la gestion de projets climato-compatibles. La transition écologique est avant tout une question d’attitude, une question spirituelle. Le Climat devra être considéré comme un bien commun, et gérer en tant que tel. “Ensemble œuvrons donc pour une production plus juste, plus sobre et plus respectueuse des écosystèmes”.

Forced marriage is still an issue that affects more than 700 million women globally – a third of them are less than 18. In order to raise awareness of this issue, the UNICEF partnered with major African artists to write a song against child marriage.

In Central and Western Africa, 41% of the girls above 18 are married (illustrative photo, source: UNICEF)
In Central and Western Africa, 41% of the girls above 18 are married (illustrative photo, source: UNICEF)

In Central and Western Africa, 41% of the girls above 18 are married – in countries like Benin, one in ten girls is married under the age of 15. More than depicting a social issue, these statistics are alarming from a health care standpoint as many of these girls are not able-bodied for childbearing and could face permanent physical and psychological damage.

As part of the Zero Tolerance Campaign against child marriage that the government launched last June, nine artists from Benin committed themselves to breaking the silence around child marriage. UNICEF’s Goodwill Ambassadors Angélique Kidjo and Zeynab Abib, supported by Danialou Sagbohan, Kalamoulaï, Don Métok, Sessimè, Dibi Dobo, Norberka and Olga Vigouroux, gathered to craft a deeply moving song and a video that call the population to act.

“A little girl is still a child. She cannot be a mother or a bride. Let her grow up to live a fulfilling life. Say NO to child marriage!”; so goes the song, co-written by Angelique Kidjo and Zeynab Abib.

The artists sing in a variety of languages, including Fon, Mina, Mahi, Sahouè, Yoruba, Goun, Bariba and French in order for the message to spread throughout the country and neighbouring countries.

Artists from Benin are engaged in the cause
Artists from Benin are engaged in the cause

“The impact on these girls is terrible. Once married, they no longer go to school, they are raped, they get pregnant, which puts their health and that of their baby in danger. We artists are saying NO to all these injustices! Girls are not the property of anyone; they have the right to choose their own destinies”, says Beninese pop star Zeynab Abib, who was able to mobilise Benin’s greatest artists around this cause.

Early marriage prevents girls from getting proper education and leads them to poverty, while enforcing the prevalence of traditions and belief systems that are tied to the continued practice of child marriage.

“We need all the strength and weapons we can muster to fight the scourge of child marriage. Art, especially music, is a powerful weapon. As Nelson Mandela said, ‘politics can be strengthened by music, but music has a potency that defies politics’. This power must be harnessed!” says Dr Claudes Kamenga, UNICEF Representative in Benin.

Watch the video [English subtitles] [SAY NO TO CHILD MARRIAGE]1 Watch the video [French subtitles] [DISONS NON AU MARIAGE DES ENFANTS]2

Horyou is the Social Network for Social Good, which connects, supports and promotes social initiatives, entrepreneurs, and citizens who help the implementation of the Sustainable Development Goals to build a more harmonious and inclusive world. We invite you to Be the Change, Be Horyou!

Claudine Fischer, présidente de l'association en compagnie de partenaires à Porto Novo, Bénin.
Claudine Fischer, présidente de l’association, en compagnie de partenaires à Porto Novo, Bénin

Pont Universel, association suisse basée à Fribourg s’est donné deux missions: accompagner les personnes souffrant de difficultés psychosociales ainsi que participer à des actions ciblées d’aide au développement en Afrique de l’Ouest principalement au Togo et au Bénin.

L’association accompagne de manière individuelle des personnes basées en Suisse pour les aider à définir leurs compétences, identifier un projet et leur donner des clés pour le mettre en place. En parallèle, Pont Universel entreprend des projets d’aide au développement dans les pays sus-mentionnés et très régulièrement des étudiants suisses se rendent sur place pour participer à ces projets dans le cadre de travaux de master notamment.

Les projets de l’association sont principalement des projets médicaux et socioculturels comprenant par exemple des projets pour les femmes et familles ou des formations dans des domaines tels que l’agriculture ou l’éco-tourisme.

Dans le but de se faire connaître à une plus large échelle et bénéficier soutien, l’association organise deux événements à Fribourg la première semaine du mois de mars.

« Ces événements sont aussi l’occasion de commencer un partenariat durable avec Marc Alexandre Oho Bambe, écrivain, chanteur et parrain de l’association » nous explique Claudine Fischer, présidente de l’association. En effet, « Pont Universel a pour but d’organiser dans le futur des ateliers d’écritures ponctuels dans son centre d’accueil. Ces événements marquent donc le début d’une aventure » continue-t-elle.

Marc Alexandre Oho Bambe animera un atelier d’écriture le mercredi 2 mars de 15h à 18h à LivrEchange à Fribourg. Un endroit plein de sens aux yeux de l’association car représentant la diversité culturelle.Il est en effet possible d’y trouver des livres dans plus de 240 langues différentes afin de promouvoir la diversité linguistique et culturelle des différentes populations. La bibliothèque met aussi un accent tout particulier sur un sujet très actuel : l’intégration des migrants.

Spectacle de Marc Alexandre Oho Bambe le vendredi  4 mars.
Spectacle de Marc Alexandre Oho Bambe le vendredi 4 mars

Le vendredi 4 mars, Marc Alexandre se produira aussi sur scène à LivrEchange. Il y présentera « Le Chant des Possibles », un livre en live. De nombreux autres artistes du canton de Fribourg seront aussi présents pour l’accompagner et soutenir l’association, notamment Guy Sansonnens, troubadour fribourgeois avec de nombreuses années de métier derrière lui. L’entrée est libre mais un chapeau vous attendra à la sortie si vous souhaitez soutenir l’association dans ses projets ! Juste avant le spectacle,à 19h30, une surprise attendra les participants de l’atelier d’écriture du mercredi. Il dédicacera aussi son livre « Le Chant Des Possibles », récompensé par le Prix Paul Verlaine de l’Académie française 2015, à partir de 17h à la Librairie Payot Fribourg.

L’association espère vous voir nombreux lors de ces deux événements ! ☺

Pour plus d’informations sur le travail de Pont Universel, veuillez consulter leur page Horyou ou leur site internet.

Ecrit par Laurie Martin

Action 1 - GalileoMobile2_copy

Each day we see the wonderful work of our Members, Personalities and Organizations on the Horyou platform. They are always Ready to Act! This week, we highlight the work and actions of great Organizations from Switzerland, Benin and Brazil.

Taking Astronomy to the World

Organization: GalileoMobile Location: Switzerland

The GalileoMobile is a non-profit organization. It is a science education initiative with the goal of bringing modern astronomy close to young people around the world. Created in 2009 with inspiration from the International Year of Astronomy 2009 it is currently run by astronomers, educators and science communicators. The initiative is six years old this year. This action post tells the story of its many inspiring achievements over the years, mainly in connecting people across South America. Discover this action post here.

By Amma Aburam

Action2 - L’Association Défis des Jeunes pour le Développement copy

Le Noel des enfants pour la paix

Organisation: L’Association Défis des Jeunes pour le Développement Lieu: Bénin

L’Association Défis des Jeunes pour le Développement a été créée dans le but de lutter contre la pauvreté et surtout de soutenir les jeunes dans l’accomplissement de leur devoir de pousser le Bénin vers l’avant. L’association répond aux besoins pour l’amélioration des conditions de vie dans l’économie, l’éducation, la culture, l’environnement et bien d’autres domaines. Leur action de cette semaine est en lien avec l’approche de la saison de Noël. Le Noël des enfants pour la paix en est sur sa cinquième Edition cette année. Le but de l’évènement est de créer un lieu de rencontre et d’animation pour les enfants et les jeunes qui n’ont pas la chance de fêter Noël comme ils le devraient. Découvrez et contribuez à cette action ici.

Par Amma Aburam

Action 3 Centro Social João da Costa -_copy

Reciclar e reutilizar são dois dos 5 R’s da Sustentabilidade

Organização: Centro Social João da Costa Localização: Brasil

O Centro Social João da Costa existe há mais de 40 anos no Brasil. A instituição busca favorecer a formação integral do indivíduo com o compromisso de garantir prioridades socioeducativas voltadas para a promoção dos direitos de cidadania às crianças, adolescentes, jovens e adultos da comunidade e adjacências. Uma das atividades do Centro Social Dom João Costa é a oficina de Puff, que tem o intuito de ajudar o meio ambiente, retirando da natureza seus agentes prejudiciais e ao mesmo tempo, levar alegria e conforto paras as famílias que utilizam o produto. Para saber mais clique aqui.

Por Edriana Oliveira Major

More Stories

Cancer is still a taboo in many parts of the world. Especially in Asia, where there is an urgent need to raise awareness of...