Inspired by the ‘invisible beings’ of one of the biggest cities in the world, the photographer Edu Leporo started to depict homeless people and their dogs in São Paulo, Brazil. The photography essays soon became a social project which now, through donations and funding campaigns, provide care for street dogs and their owners. Edu Leporo is our interviewed personality, a member of our platform Horyou and a change maker for good.

Edu Leporo with Angela, Diego and the dog Spike, who live on the streets of São Paulo (Photo: Gu Leporo)

When and why did you start taking pictures?

I started my photographic records of homeless people and their dogs in 2012, in an unpretentious way. Walking through downtown São Paulo, I saw a homeless man sitting with his dog and wondered: what would their reality be like? As a professional photographer, I have always worked in studios and did photographic essays of moms with their pets. But this has awakened an uneasiness in me and pushed me to do something for those who could not have a portrait – that is the people who live on the streets with their companions.

What was your inspiration?

My profession as a photographer of pets and my love for animals made me register the reality of the streets! To record and tell the stories of love, respect and companionship that go unnoticed by the eyes of thousands of people, certainly, inspired me.

In your work, you unite two causes, the animal care and the homeless people. Apart from photography, is there a social project behind these causes?

After I made several records of homeless people with their dogs, I decided to make a photographic exhibition with this material. All on my own. Gradually, I went looking for partners and we also managed to make a book with these records. That was in 2015. Using the images captured on the streets was my choice to shed light on these “invisible” beings. Soon after, in 2016 we started the Social Project for Street People and Their Dogs (in Portuguese, Moradores de Rua e Seus Cães). We started with a few donations, and today we take action every month in the center of São Paulo where we take all the services and donations for dogs, such as: bath, vaccine, vermifuge, beds, guides, collars and food. For the human, toiletries kits, clothes and shoes and we serve a breakfast.

Photo: Edu Leporo

What were the most striking situations you encountered during this project?

On the streets, there are many remarkable and rich stories. But I want to highlight the story of a couple that touched us a lot: Angela and Diego. They have lived for years on the streets with their dogs, Spike and Star. We have recently discovered that she has Leukemia and we feel the need to help her with her treatment. Fortunately, we were able to start a beautiful campaign with support from ZeeDog and raised funds for Angela’s treatment.

What are the next steps?

Our actions consist of 70% donations (individuals and companies) and 30% money, which we use to buy breakfast items, for example. But this cash aid is always lacking. Today, we seek a support / sponsor to meet our needs, ranging from items for breakfast to relief and treatment for some dog. We plan to launch our second book, with photos and street stories, as well as taking the photographic exhibition to all the capitals of Brazil and abroad. Start the project in schools, giving young people the opportunity to engage in the cause. We also want to set up a mobile community laundry, where street people can wash, dry their clothes and their dogs. Our mission is to open our eyes, hearts and minds, feel that we are only in the beginning.

Change Makers is an Horyou initiative which aims to highlight remarkable people & projects related to the Sustainable Development Goals. In this article, we shed a light over #SDG10 – Reduced Inequalities and #SDG15 – Life on Land.

Biodiversity is the ecosystem that has shaped the environment which allowed for human life to exist millions of years ago. Preserving this ecosystem is thus key issue to our survival, failing that, then this would pose a serious threat to human existence, as heralded by the extinction of a number of other living species.

Photo: UNDP

In Greek mythology, Flora and Fauna were goddesses who represented many aspects of ancient life. While Flora, goddess of spring, would be used as a symbol of youth and fertility, Fauna was mainly described as a strong female figure who could foresee the future. According to the elders, Fauna’s songs resonated the fate of humankind.

Which fate would Fauna be singing today? Come every spring, may we still see any future for youth and fertility? Living in a world where technology allows for men to conquer space in search for other viable ecosystems, deforestation and loss of biodiversity are still huge sources of concern on earth. SDG 15 is a call for the protection of life on land: not just animals but everything around us – trees, fungi, mountains, land and native populations.

According to UNDP, progress in preserving and sustainably using Earth’s terrestrial species and ecosystems is uneven. The good news is that more forests are being protected and many countries are putting policies and certifications in place to safeguard their ecosystems. But the effort made by governments and NGOs is not enough. Many key biodiversity areas are still under threat as they are not protected. Even when they are, the lack of inspection, added to corruption, make preservation more difficult. Land productivity has been declining since 1998, especially in South America and Africa, which aggravates desertification, security issues and land conflicts. The UN estimates that more than 1 billion people are currently endangered due to these problems.

The international community is committed to support and conserve biodiversity, either by signing agreements or by donating bilateral funds to biodiversity projects. Apart from that, NGOs are tirelessly working to raise awareness of the urgent ‘life on land’ cause.

Horyou is proud to host organizations such as ANDA, the first and largest animal news agency in Latin America. Based in Brazil, with more than 1.5 visitors a month, ANDA is an active voice on animal rights and shares news about scientific tests on animals and poaching, as well as the appalling conditions in farms, among other critical topics. They are trying hard to enforce SDG 15. Are you willing to do the same?

If you wish to support this SDG, you can do so through Horyou. Go to Horyou platform and choose an NGO or project that helps protect life on land in your region or anywhere in the world. You can also show your support by participating in #HoryouLightChallenge! Be the change, be Horyou!

2015-12-07 16.20.28

Bonjour Magalie Gigot; parlez-nous un peu de vous, de votre responsabilité et de votre action au sein de WWF France.

Bonjour, je suis Magalie, je suis à WWF depuis cinq ans et je suis chargée de la mobilisation de l’ensemble du réseau des bénévoles français. Aujourd’hui, on a environ quatre mille bénévoles sur tout le territoire et on organise des événements avec eux.

Quel est l’objectif de votre présence ici à Solutions COP21 ?

Nous on a choisi de faire de l’animation avec des enfants. On devait effectivement avoir beaucoup de scolaires mais malheureusement avec les attentats on en a un peu moins que prévu. Il est très important pour nous de faire de l’animation gratuite avec des enfants en classe en maternelle ou dans le primaire. Moi je suis bénévole. Ce sont principalement des animations ludiques avec de grands jeux sympas sur ce que c’est que le développement durable à travers l’expérience de l’utilisation de l’eau, par exemple, on leur demande vous à votre avis combien d’eau vous utilisez par jour. On leur dit par exemple qu’une douche c’est 75 bouteilles d’eau, par exemple, et de les confronter ainsi avec la réalité avec des chiffres. Et finalement, on se rend compte que les enfants comprennent bien et ont des questionnements qui sont les mêmes que ceux du monde adultes. Tout cela avec des exemples simples. Et souvent, quand ils rentrent chez eux, ils disent beaucoup de choses à leurs parents et c’est vrai que les parents acceptent beaucoup plus lorsque les choses viennent de leurs enfants. Nous avons beaucoup de parents qui nous disent que ça les fait réfléchir et ça les amène à revoir certains de leurs comportements concernant le tri des poubelles, par exemple. C’est très important de sensibliser les jeunes générations, les adultes de demain.

C’est en effet très intéressant mais comment s’opère l’ancrage avec ce qui se passe ici, avec le monde des entreprises par exemple ?

WWF est une des premières et rares ONG dans l’environnement à avoir fait des partenariats avec des entreprises. C’est un parti-pris que nous assumons depuis très longtemps parce que nous croyons dans le dialogue, pour la concertation pour faire avancer les choses et on s’est toujours dit que si on oublie le monde économique on n’y arrivera jamais. Aujourd’hui, tout le monde travaille dans le monde des entreprises. On entend souvent: “les entreprises c’est le diable” mais ça ne se passe pas comme ça. Bien sûr, il y a encore beaucoup d’entreprises qui ne jouent pas le jeu. Les entreprises pétrolières par exemple sont encore à l’opposé de notre objectif d’un monde sans hydrocarbures, on ne pourra donc pas faire des partenariat avec elles. Mais beaucoup d’autres entreprises cherchent à évoluer et on les amène à réfléchir ensemble. La plupart des grandes entreprises travaillent par exemple avec énormément de fournisseurs et si on arrive à les amener à changer de fournisseurs c’est tout un secteur qui va changer: les concurrents vont se mettre à bouger, les consommateurs aussi, donc on va avoir beaucoup de propositions et finalement, on n’aura pas touché qu’une seule personne mais plein de personnes, un tissus économique très important.

Absolument. Est-ce que vous avez remarqué des changements significatifs de la part de certaines entreprises avec lesquelles vous avez des partenariats.

Au début, c’est vrai que ça a été très longs. Mais les partenariats c’est sur de longues années. C’est pas seulement la question climatique qui est en jeu; il y a des tas de calculs économiques qui vont avec aussi. Durant la canicule de 2003, le secteur touristique s’est effondré. Les stations de ski le jour où il n’y aura plus de neige elles vont s’effondrer… donc voilà, l’économie va être touchée de toute façon. Je pense que, contrairement au monde politique, les entreprises ne sont pas là pour quatre ou cinq ans seulement; elles espèrent être encore là longtemps; par conséquent, consentir le coût du changement maintenant leur permet peut-être d’avoir moins à payer plus tard, ou d’être forcé par des lois à payer des taxes et des compensations, etc. Donc cette prise de conscience elle n’est peut-être pas très rapide et on a sans doute besoin d’aller plus vite mais elle est là. Chaque bataille qui est gagnée nous permet de continuer à avancer. Cela nous permet de trouver des solutions et non pas que de chercher à détruire.


Vous avez je crois un label que vous donnez aux entreprises qui ont fait un effort…

En effet, elles peuvent poser le logo WWF sous certaines conditions. Nous avons également le challenge des entreprises qui fixe divers critères de sélection. C’est un challenge international qui demande notamment aux entreprises de réduire les émissions de gaz à effet de serre. On les engage donc sur une démarche globale et longue.

Vous avez fait le tour ici ? Est-ce qu’il y a des entreprises qui ont particulièrement attiré votre attention ?

Oui en effet, nous avons des partenaire ici comme la Poste et Michelin. C’est vrai que souvent on nous dit: “pourquoi Michelin? Puisque Michelin c’est la voiture qui pollue…”; mais nous on travaille avec eux sur des solutions alternatives au caoutchouc, quelque chose qui puisse réduire sensiblement l’émission de gaz à effet de serre. Michelin c’est une très grosse entreprises qui équipe des millions de voitures; ça serait énorme si on arrive à leur faire changer de procédé, sachant que le tout électrique ne semble pas être pour tout de suite. Donc il faut agir sur toute la chaîne actuelle.

Est-ce que vous donneriez votre label à une entreprise comme Coca-Cola, par exemple ?

Justement nous avons un partenariat avec Coca-Cola sur le plan national pour baisser la consommation en eau. Avec l’Oréal, par exemple, on essaie d’infléchir leur politique d’expériences sur les animaux, donc nous n’avons pas de partenariat avec eux …

Au fait, pourquoi le Panda ?

(elle sourit) C’est en 1961, l’année de la création de WWF que le panda a été choisi comme emblème. Il était arrivé au zoo de Londres, et c’était le fait que ce petit animal était en noir et blanc. Donc ça entrait dans notre politique d’éviter l’impression en couleurs et d’imprimer en noir et blanc …

Magalie, vous êtes jeune; qu’est-ce qui vous a inspiré à vous investir aussi fortement avec WWF en tant que volontaire ?


Avant, j’était chargée des relations presse avec la télé et les radios mais j’ai toujours voulu rejoindre une ONG et faire du bénévolat et quand j’ai eu une opportunité de rejoindre WWF par le biais du service civique qui, comme vous le savez, a remplacé le service militaire. J’étais entrée pour faire un remplacement pour une mission de six mois en tant que bénévole et finalement je ne suis jamais repartie. Ce que j’aime c’est travailler avec les bénévoles parce qu’on a cette occasion de ne pas se contenter de dénoncer mais on a cette capacité de dialogue. On est légaliste, par exemple; on ne fait pas de rassemblement illégal parce qu’on veut que nos actions aboutissent. On a énormément de projets terrains. Avec WWF, on récolte des fonds et on va dans les ONG pour leur proposer ou les aider dans des projets innovants. Dès que les projets sont sur de bons rails et qu’elles peuvent se débrouiller elles-mêmes alors on va en aider d’autres. On travaille avec beaucoup de locaux en Afrique et ailleurs, les femmes et des entreprises. On essaie de comprendre leur culture et de les aider sur le terrain de façon pratique et respectueuse tout en les amenant à changer progressivement certaines choses. Nous travaillons par exemple beaucoup sur la question de la déforestation en Afrique. Des maisons ont été construites, des associations de femmes ont été créées… Voilà, c’est ça qui m’inspire.

Nous avons une devise à Horyou: rêver, inspirer et agir. Vous, qu’est-ce qui vous fait rêver ?

Oh moi il y a plein de choses qui me font rêver. Une planète que les gens apprennent à respecter et à ne plus regarder sur le court terme. Une planète où il y a encore des forêts, des animaux à l’état sauvage… une vrai prise de conscience de l’importance de l’environnement.

Avez-vous un message à adresser à la COP21 et aux citoyens du monde ?

On n’a plus de temps à perdre. On a besoin de tout le monde, des citoyens comme des entreprises. On a besoin de toute la société.

Merci Magalie et bonne chance à nous tous.

Par Elie Ayoub

More Stories

Inspired by the ‘invisible beings’ of one of the biggest cities in the world, the photographer Edu Leporo started to depict homeless people and...