COMMUNIQUÉ DE PRESSE

SIGEF2016
Un appel à l’engagement, à l’action et à l’innovation

Le premier jour du Forum de l’Innovation Sociale et l’Éthique Mondiale a accueilli des acteurs gouvernementales, des organisations, des entrepreneurs et des personnalités, tous engagés à façonner un meilleur avenir.
PR_application-01_03
Marrakech, le 09 novembre 2016 — “Shaping better times to come”, le slogan du SIGEF 2016 est un message d’appel a l’action qui va de pair avec celui de la COP22. Le premier jour du SIGEF au Palais de Congrès de Marrakech, était riche en échange et de réelles expériences ont été partagé dans un environnement d’acteurs gouvernementales, d’organisations, d’étudiants et innovateurs.

La cérémonie d’ouverture du SIGEF a souligné l’une des valeurs les plus fortes de Horyou : la diversité. Dans ce contexte, plusieurs acteurs se sont mobilisés. Parmi les autorités et entrepreneurs présents, Yonathan Parienti, le fondateur de Horyou, Yasuhiro Yamamoto, vice-président d’Eneco Holdings et founding sponsor du SIGEF, le Prince Nawaf bin Saad al Saud, président du club de football saoudien al-Hilal, H.E. Mme Rosalie Matondo, Ministre de l’économie forestière, du développement durable et de l’environnement de la République du Congo, et M. Ali Bin Samikh Al Marri, Président de la Commission des droits de l’homme du Qatar. « Nous sommes très heureux d’accueillir une assemblée aussi richement diversifiée d’entrepreneurs, de fonctionnaires et d’organisations qui, avec Horyou, soutiennent la COP22 et les Objectifs de développement durable des Nations Unies», a souligné Yonathan Parienti dans son discours d’ouverture.

Plusieurs thèmes ont été abordés par les orateurs et les panels de cette première journée, notamment, l’accès aux services de santé et de l’eau potable dans les zones en développement, l’agriculture africaine novatrice et les nouvelles tendances du secteur privé pour accélérer la durabilité. Tout au long des panels on a souligné les défis auxquels est confronté le continent africain, en période de changement climatique et leurs impacts sur les conditions environnementales et sociales. Tous les panels ont été intéressants et inspirants en terme d’expériences positives et d’idées constructives promus par des entrepreneurs passionnés et des militants infatigables.

“La COP à Marrakech est un moment très important car elle parle d’action. Nous devons agir pour gérer durablement les forêts du bassin du Congo et fournir de l’eau à sa population”, déclare Mme Rosalie Matondo. Le principal défi, cependant, est le financement, c’est pourquoi le gouvernement de la République du Congo lance un «fonds bleu» pour recueillir l’aide internationale et financer des projets de reboisement et de gestion durable.
 
L’accès à l’eau est un droit de l’homme. Nous espérons que la COP22 sensibilisera plus de personnes pour développer des projets qui s’intéressent plus aux problèmes de l’eau
M. Ali Bin Samikh Al Mari
Président de la Commission des droits de l’homme du Qatar

Selon le CEO de la Fondation marocaine des sciences avancées, innovation et recherche, Dr. Hicham Bouzekri, l’accès aux services de santé en Afrique doit être examiné avec une perspective différente et non pas à travers les yeux du « dédain occidental ». “La nouvelle frontière pour l’Afrique est la technologie, nous devons donc l’appliquer sur des produits qui correspondent au marché africain et non pas adopter des solutions importées “, a-t-il affirmé. « L’innovation est une question d’approche méticuleuse » ajouta-t-il.

Plus tard dans la journée, l’accès à la terre, l’innovation et l’agriculture durable en Afrique ont été les principaux sujets d’un panel qui a présenté des auteurs et des organisations du domaine. Mme Ismahane Elouafi, par exemple, directrice générale de l’ICBA – Centre international pour l’agriculture biologique, a déclaré que l’innovation est une conception qui ne concerne pas seulement les processus de la haute technologie, mais aussi les modèles commerciaux et les réseaux sociaux, aussi a -t-elle exprimé sa forte espérance dans le fait que «l’avenir de l’agriculture est en Afrique», et que «nous pouvons le rendre différent et à notre façon».

Elle a été suivie par IFOAM Organics International et Organics Consumers Association qui ont présenté les perspectives de l’agriculture biologique avec ses résultats sociaux et économiques sur le changement climatique dans un panel sur «Climate Smart Agriculture».

Enfin, nous avons pu explorer le concept de l’agriculture innovante grâce à Mme Mildred Crawford, Conseillère de l’ONU pour la société civile. « Elles n’ont pas assez d’accès à la terre et au capital, mais lorsqu’elles ont la chance d’innover, les femmes créent des projets exceptionnels et très efficaces», dit-t-elle en présentant un concours universitaire qu’elle a initié dans les Caraïbes. Dans ce cadre, on assiste a l’émergence de femmes leader et innovantes. Bill Karsell, président du Conseil d’administration de la Sensibilisation aux changements climatiques, quant a lui, il a mis en doute les méthodes de responsabilisation des émissions de gaz à effet de serre et a insisté sur le fait que les pays devraient être plus conscients des risques imminents du changement climatique. Néanmoins, il a apporté un message d’espoir concernant l’agriculture innovante en assurant que cette dernière peut jouer un rôle vital pour faire face aux perspectives environnementales alarmantes.

Les objectifs du développement durable de l’ONU on fait appellent a toutes les parties prenantes pour agir: le secteur public, les jeunes, les ONG et les entreprises privées. L’idée que la RSE est désormais plus qu’une tendance mais une réalité rentable et efficace a été fièrement partagée lors de la dernière séance plénière de la journée. Nasser Kettani, responsable technique national de Microsoft, a partagé son expérience avec une communauté rurale en Afrique qui avait accès pour la première fois à Internet. Cette initiative a ouvert des possibilités d’éducation et d’innovation aux jeunes étudiants. En tant que représentant du secteur public, M. Driss Merroun, Ministre de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire National du Maroc, a parlé des engagements environnementaux de son pays et de la nécessité d’appliquer des biotechnologies propres pour garantir les droits de l’homme et promouvoir une politique inclusive.

Le panel de l”Economie circulaire et gestion des déchets” a abordé les expériences réussites de l’environnement Kilimandjaro au Maroc, celui ci a créé la technologie pour transformer le changement de l’huile comestible usée en carburant plus propre en solution viable et d’INBAR qui travaille avec le bambou et le rotin comme Matières premières pour la construction, le transport et les industries médicales.

Les panélistes sont d’accord que «la RSE n’est pas de la charité», et ont détecté un long chemin plein d’opportunités. Selon eux, les politiques gouvernementales peuvent aider. La COP22 est vu avec espoir et optimisme – les jeunes, les organisations et la société civile ont un rôle crucial à jouer.

Projets et Organisations
Deux espaces dédiés accueillent des projets et des organisations innovantes qui font partie de la plate-forme Horyou, dont beaucoup sont originaires du Maroc. Les ONG ont présenté leurs programmes et ont eu l’occasion d’être reconnues par le public formé par d’autres organisations, des entrepreneurs et des investisseurs potentiels. Les projets, avec une solide approche d’innovation et d’impact social, ont participé à des sections de réseautage et d’évaluation. Ils seront évalués par un jury pendant le SIGEF. Les projets sélectionnés seront remis lors d’une cérémonie le 11 novembre.

Contacts médias:
Vivian Soares, Horyou Media Relations
media@sigef2016.com
+41 (0) 22 321 98 20
Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone