Neetal Parekh
Neetal Parekh

Neetal Parekh is an attorney by education, a communicator by experience, and a social innovator and storyteller at heart. Neetal is the Founder and CEO of Innov8social, which builds tools to help individuals and companies reach their impact potential. She is the host of the Innov8social Podcast, featuring interviews with thinkers and doers in the social impact space. Neetal serves as an advisor to social enterprise startups and as a mentor at the Sustainability Innovations Lab at GSVlabs. She talked to us about her vision of Social Entrepreneurship and her upcoming initiative Impactathon.

What is your definition of Social Entrepreneurship?

Social Entrepreneurship means using a business model to create social impact. It works for startups, established companies but also for non-profit organizations. All types of organizations can generate social impact.

How can we teach Social Entrepreneurship and who should do it?

I think experiential learning is the most effective way to gain relevant expertise in this area. Social Entrepreneurship is an emerging discipline so it is better to learn by doing than to focus on theory. Incubators or multiple-week experiential learning programs offer great opportunities for people interested in Social Entrepreneurship. I believe that those methods have big potential to provide participants with the experience necessary to enter the social business.

Innov8

You created INNOV8SOCIAL. Can you tell me what does “dream, inspire and act” mean to you in this context?

As an attorney I started to explore Social Entrepreneurship from the perspective of the legal structure of different business models. I realized that the new generation could contribute to shift the businesses towards a more social orientation. It usually starts small and then a vision, a larger dream, emerges. I had also the chance to meet numerous social entrepreneurs. Talking to them and interviewing them for my blog was a very inspiring experience. This inspiration started to turn into action. Besides the blog, I published a book (“51 Questions on Social Entrepreneurship”) and then I started to give online courses. Currently I am working on “Impactathon”. The event will be held on the 14th of May and it is another step in my “ACTION” path.

Can you tell me more about Impactathon? What would you like to achieve with this event?

Impactathon is a workshop for social entrepreneurs. The idea is to combine positive elements of a Hackathon with panels and short impact talks from thought leaders and participants in the social impact space of business, law, food/nutrition, and design. We are aiming to address different challenges related to social entrepreneurship. Through meaningful conversations and inspiring meetings I had with social entrepreneurs, I realized that this is the way to uncover our super power in the social impact space. So now we will bring in one room amazing people with different visions, people, who had the strength to engage in social business and who are willing to share the problems they encounter and their experiences. I think that these deep discussions and collective work among colleagues aligned with the same goals will enable us to achieve something new.

Did you prepare some special attractions for the participants?

Yes. After the conference the participants will have a chance to visit a community-based maker space and prototyping studio, TECH-SHOP San Francisco. Its mission is to democratize access to innovation tools. I think it is a great opportunity to get a different perspective through watching people transforming their ideas into physical objects. It will be for sure an inspiring adventure. The third part of the event will be a workshop session in Hackathon style. The participants will have a possibility to present problems they faced while creating and developing their social enterprises and explore potential solutions in a group. Afterwards they will present and discuss their ideas to all participants.

What is the difference between an event for social entrepreneurship and a traditional business event?

At the conferences dedicated to traditional business the focus is on profit, which is easy to quantify. People discuss for example how to increase revenues, number of clients or users. At Impactathon we will explore how to create impact and generate profit at the same time and discuss how the impact can be measured and communicated.

Can you tell me how in your opinion social enterprises should measure success?

There is a number of standardized metrics like The Global Reporting Initiative’s (GRI) sustainability reporting guidelines or Impact Reporting and Investment Standards (IRIS). An enterprise can also choose few factors that reflect the social impact it aims to achieve. Those factors should be measured for a defined period of time and evaluated. It will help to select the factors, which are most relevant for this specific company or business. Those factors can describe, for example, how many people could benefit from healthcare thanks to the activity of this enterprise, how this can increase the life expectancy of the beneficiaries, how many children could start or continue their education….

What do you see as the future of Social Entrepreneurship?

We are observing growing support for social entrepreneurs, however this support comes mostly at the beginning stage. Now we need to focus more on helping social ventures to graduate and develop further. We also need to work on a uniformed impact scaling system and a common language across different sizes and types of enterprises. The scaling system will enable social enterprises to measure their impact and discover how they can improve.

We are very thankful for having interviewed Neetal Parekh for Horyou blog! The Horyou team wishes Innov8Social team a great Impactathon!

Written by Joanna Kozik

Groupe Acting for Life au Cambodge
Groupe Acting for Life au Cambodge

Chaque jour, nous découvrons les magnifiques actions de nos Membres, Personnalités et Organisations sur la plateforme Horyou. Ils sont toujours prêts à agir! Cette semaine, nous mettons en lumière le travail et les actions de remarquables organisations au Burkina Faso, au Cambodge, au Maroc et au Brésil.

Organisation: CNA – Cinéma Numérique Ambulant

image-2

Lieu: Cameroun

Info: Le Cinéma Numérique Ambulant est un réseau international d’associations. Il gère quinze unités mobiles de projection au Bénin, au Burkina Faso, au Mali, au Niger, au Sénégal, au Togo, au Cameroun et en France. Ces cinémas ambulants réalisent des projections en milieu rural et dans les quartiers populaires des zones urbaines. Le CNA est un outil culturel diffusant une culture authentique aux populations privées d’accès à la culture et aux arts contemporains, en particulier au cinéma, en raison de leur enclavement géographique et social.

Action: Burkina- tournée jusqu’en fin juin 2016 Cette tournée de 111 projections cinématographiques rentre dans le cadre d’une campagne de sensibilisation sur les thèmes du lavage des mains au savon, de la consommation de l’eau potable, de la construction et entretien des latrines. Lancé l’année dernière avec l’Ong Catholic relief services (CRS), le projet global comprend 351 séances de projections de sensibilisation, précédées à chaque fois de micros-trottoirs. Il couvre 117 villages des régions du centre nord, ainsi que les provinces Sanmetenga et Bam. Il court jusqu’en février 2017.  Depuis le lancement du projet en mars 2015, le CNA Burkina a déjà réalisé 163 séances de sensibilisation. Les tournées se font par étape et sont menées simultanément par deux équipes sur le terrain.

Organisation: Acting for life

unspecified-2

Info: Acting for Life est une ONG de solidarité internationale dont l’objectif est d’assurer aux personnes les plus démunies des conditions de vie décentes, en soutenant un développement économique territorial durable.

Action: Opération de nettoyage réalisée avec des lycéens à Phnom Penh A Phnom Penh, capitale du Cambodge, des volontaires étudiants cambodgiens ont aidé l’équipe d’Acting for Life à réaliser des opérations de nettoyage et de sensibilisation de la population à la nécessité de ne pas jeter les déchets dans la rue ni dans la nature.

Pour en savoir plus: http://acting-for-life.com/fr/page/nos-actions

Organisation: Association féminine de bienfaisance El Khir

Elkhir3

Lieu: Maroc

Info: L’association Féminine œuvre pour la promotion des conditions de vie des femmes au Maroc. Nous soutenons le processus d’autonomisation de ces dernières afin d’améliorer leurs situations sociales et économiques.

Action: Cuisine pédagogique un nouveau projet d’elkhir

Aux aurores, l’équipe de Cœur de Gazelles dit au revoir au désert et à la vie du bivouac. Fini le sable, place à la belle Essaouira.   A midi, l’organisation du rallye et l’équipe Cœur de Gazelles se rendent aux Toits d’Essaouira; le restaurant d’application de Cœur de Gazelles qui permet aux femmes de se réinsérer par l’activité économique. Un festin a été préparé par 8 femmes pour les 60 personnes présentes à table.   Ce projet d’insertion par l’activité économique démarre tout juste. Le Sofitel et l’Alliance Française font déjà confiance aux femmes des Toits d’Essouira pour préparer et servir des petits fours et des apéritfis lors de réception.   Ce local, prêté par Monsieur Azoulay, conseiller de sa majesté, au profit de Cœur de Gazelles acceuille de nombreuses activités.   Tout d’abord l’agence d’intérim. Depuis 4 ans, Cœur de Gazelles travaille à Essaouira en partenariat avec l’association ABFK, association féminine de bienfaisance menée par Souad Dibi. Leur but commun est d’œuvrer pour l’autonomisation, le droit et l’estime personnel des femmes. Les deux associations ont crée dans un premier temps une coopérative d’intérim autour des métiers de la restauration, des travaux ménagers, de l’accueil, de la garde d’enfatns et de l’aide aux personnes agées. L’idée est de pouvoir offrir ces services à une clientèle qui hésite à prendre un employé sur le long terme tout en garantissant un travail de qualité.   Le restaurant d’application et son centre de formation qui disposent d’une terrasse avec une vue imprenable sur la mer. Cette activité a pu voir le jour grâce au Printemps.

Elkhir2

• Une fois que les femmes ont trouvé un emploi, la problématique de la garde des enfants se pose. C’est pourquoi la crèche des petits marins a été crée. Cette crèche assure un accueil de jour aux enfants en assurant une éducation de base, un repas équilibré et des activités pour renforcer les liens avec leurs mères. La crèche accueille aujourd’hui 40 enfants issus des familles défavorisées, âgés de 3 à 6 ans.  

• Ce projet a été rendu possible grâce à l’implication de Le Ster Le Pâtissier. 

Écrit par Hannah Nunes

Organização: Avante Educação e Mobilização Social

Cadenossaboneca

Informações: A Avante é uma organização sem fins lucrativos situada no Brasil, ela atua na garantia de diretos de crianças, jovens, mulheres, famílias e profissionais da educação, agentes comunitários e agentes públicos, participantes do Sistema de Garantia de Direitos (SGD). A Avante tem como missão Contribuir para a formação do cidadão, pela educação e o desenvolvimento de tecnologias de intervenção social, visando à garantia dos direitos sociais básicos e ao fortalecimento da sociedade civil.

Ação: Cadê Nossa Boneca

A Avante iniciou uma linda ação que se chama “Cadê Nossa Boneca”, O objetivo desta campanha é que todas as crianças convivam com as diferenças e aceitem os vários tipos físicos. Quando você chega à loja de brinquedos, como é a prateleira de bonecas? Se somos tão diversos, por que a maioria das bonecas é tão semelhante? Esperamos que Cadê nossa boneca? Mude esse cenário. A gente espera que, assim como na “vida real”, exista mais diversidade nas lojas.

Veja mais sobre a campanha no Youtube:

https://www.youtube.com/watch?v=FBrRiICWutQ

Por Edriana Oliveira

Nous sommes en avril et c’est le douzième anniversaire de InterActions-Solidarity, une ONG fondée à Monaco et en France pour soutenir des projets de préservation de l’environnement et de réduction de la pauvreté au Kenya. En guise de célébration, voici un article qui explique leurs projets passés, présents et futurs.

Interactions2

1 – Pouvez-vous nous présenter brièvement InterActions & Solidarity?

InterActions & Solidarity est une Organisation non Gouvernementale environnementale et de solidarité internationale, laïque, indépendante et démocratique. Dans une dynamique de développement durable, I&S accompagne les communautés dans leur processus de transformation à fin de réduction de la pauvreté et de préservation de l’environnement. Les projets reposent sur des moyens et un recrutement localement mis en œuvre afin de répondre aux besoins des communautés avec des solutions viables, efficientes et reproductibles qui constituent la priorité d’InterActions & Solidarity et dont l’objectif est de:

★Favoriser l’accès des communautés aux services éducatifs, sociaux, sanitaires et médicaux de façon durable.

★Contribuer à la sécurisation et à l’amélioration des revenus des communautés en implantant des programmes d’économie solidaire et sociale, d’écotourisme, et de sécurité alimentaire.

★Permettre la préservation d’un environnement durable de qualité par des activités d’éducation environnementale et de protection de la biodiversité.

★Renforcer les capacités d’intervention, de management et d’orientation stratégique des ONG locales.

Basés sur l’analyse des demandes communautaires, des besoins et des ressources, et paramétrés par un mécanisme systématique veillant à l’obtention des résultats attendus, nos projets s’articulent sur des bases de travail participatives.

2 – Ce mois d’avril vous avez fêté vos 12 ans d’actions au Kenya. Si vous deviez résumer en 3 points ces 12 années, quels seraient-ils et pourquoi?

En premier, l’engagement des bénévoles sur le terrain et l’esprit participatif communautaire. Notre plus grande réussite a été l’implication de toute une communauté et leur fierté à vouloir intégrer le réseau I&S. L’appropriation des projets par les communautés a été un élément clé dans notre processus de désengagement.

Ensuite, les rencontres humaines et les liens tissés. Nous avons toujours pris soin de comprendre les besoins des gens, leurs demandes, leurs coutumes et nous n’avons jamais voulu à aucun moment imposer un choix ou une décision. Il nous a fallu oublier nos réflexes et habitudes d’occidentaux à penser que ce qui est bien pour nous serait bien pour eux. Le respect de leur mode de vie et de leur mécanisme de pensée nous a permis de nous intégrer et de pouvoir avancer non pas à côté d’eux mais avec eux.

Enfin, le refus de privilégier le développement économique du Kenya au détriment des communautés et de leur environnement. A chacun de nos déplacements depuis ces 5 dernières années nous avons assisté à une lente destruction de l’environnement. Les routes, les ponts, les cimenteries gagnent sur la brousse, la faune sauvage a été « expropriée » de son habitat et doit traverser les routes où se croisent poids lourds et voitures; il en est de même pour les troupeaux de bétail. La ville gagne du terrain et les parcs ne suffisent plus à subvenir aux besoins vitaux de la faune et la flore.

Interactionscover

3 – Concernant le renforcement des composantes d’InterActions & Solidarity en 2015, quels sont vos futurs intentions/projets dans ce domaine pour 2016?

Nous démarrons en 2016 un nouveau programme appelé « Programme ELLEBORR » au Nord Kenya, dans le Comté de Marsabit, en partenariat avec Strategies for Northen Development, une ONG locale. Nos missions en cours sont l’aide alimentaire et les premières actions de santé publique d’urgence sur la communauté Borana qui depuis 2013 est victime de violences meurtrières et de pillages systématiques.

Après une fuite en masse motivée pour une ataque particulièrement sanglante, une partie de la population a été déplacée dans le camp de réfugiés de Magado en Ethiopie, et les autres personnes sont restées au Kenya et ont été accueillies par la population Borana d’Elleborr. Ce sont des personnes qui vivent sous le seuil de la pauvreté absolue sans eau potable, sans soins, dans des abris de fortune et sans nourriture régulière.

Nos missions en cours sont l’aide alimentaire et les premières actions de santé publique d’urgence. Déployer parallèlement les premières activités de développement est vital afin de ne pas maintenir la communauté dans une situation de dépendance totale, et préparer l’avenir. Nous organisons du déploiement de l’aide alimentaire et de la surveillance médicale, soit sur le plan logistique, soit sur le plan communautaire. Nous avons aussi dévéloppé un projet de gestion de l’aide alimentaire et de la surveillance médicale pendant 6 mois. Un micro-projet de démarrage d’activités de production et de vente de produits agricoles et d’apiculture sera mis en œuvre pendant la phase d’urgence afin de raccourcir le plus possible la période durant laquelle l’aide alimentaire sera nécessaire, dans le but d’éviter la création de phénomènes de dépendance, de limiter l’intégration de l’aide au sein des stratégies de survie de la population et d’éviter l’apparition de changements dans les pratiques alimentaires.

4. Y a-t-il eu une réalisation qui a eu une importance toute particulière pour InterActions & Solidarity durant ces dernières années?

Le programme N’GAISSI a une importance toute particulière par sa durée et ses résultats obtenus. Nous l’avons porté pendant plus de 10 ans et rares sont les projets dont les porteurs peuvent témoigner d’une telle pérennisation. A la base, la communauté de Noomayianat ne disposait ni de système éducatif, ni de système de santé, n’avait pas accès à l’eau potable et ses mécanismes de survie s’articulaient autour de la pratique d’un élevage de subsistance familial vulnérabilisé par les sècheresses.

Fin 2015, chaque projet a été géré par une association locale (CBO : Community Based Organization) formée à la gestion de projet. La gestion et la gouvernance des différentes CBOs sont encore régulièrement supervisées par I&S. Grâce aux différentes formations, les CBOs ont gagné des compétences et permettent d’établir un réseau partenarial multisectoriel. La population a développé des activités lucratives dans le secteur informel puis formel. Elle a maintenant davantage accès à l’emploi et au crédit, et entreprend des activités génératrices de revenus à fort potentiel de rentabilité.

La population a aussi augmenté la productivité et la rentabilité des systèmes de production agropastoraux, participe à la préservation d’un environnement sain et à la gestion durable des ressources naturelles.

Les projets vont se renforcer et évoluer par l’appropriation communautaire. Ils seront auto-financés par les ressources mobilisées par la communauté grâce aux activités génératrices de revenus, les micro-crédits, Amboseli Eco Camp et aux contributions du Gouvernement du Kenya.

Nous ne remercierons jamais assez nos donateurs qui nous ont suivi tout au long de ce processus et qui n’aurait pas pu aboutir sans leur support financier.

Interactions1

5.    Que pensez-vous de Horyou et de sa communauté dont vous êtes un membre actif? Qu’est ce que la plateforme vous apporte dans le cadre de votre action? 

La richesse de la communauté d’HORYOU tient à la diversité de ses membres issus de tous horizons. C’est avant tout un support de communication où chacun a la possibilité de s’exprimer et d’informer des sujets qui l’interpellent où le passionnent. Nous sommes membres d’Horyou depuis l’ouverture de son portail et nous avons observé un accroissement constant du nombre de ses membres, nous pensons que c’était un véritable challenge vu le nombre de réseaux sociaux existants. Pour nous, c’est un outil de communication nous permettant de faire découvrir nos actions, toujours quantifiables et vérifiables, à l’international. Porte-paroles des communautés que nous soutenons, chaque post que nous publions se fait de manière collégiale. Pour exemple, L’image des Maasaï a été trop longtemps utilisée sans leur consentement et pas toujours à bon escient. Comme dans chaque pays, les faux projets se multiplient au Kenya et les communautés en sont les premières victimes, ainsi que les associations qui essayent de développer de vrais projets. Grâce au portail d’Horyou, nous témoignons de nos actions et espérons donner une image positive du monde associatif.

6.    Notre philosophie s’articule autour de valeurs universelles que nous retrouvons dans le slogan « Dream Inspire Act ». Qu’est ce que ces 3 mots évoquent pour vous et votre organisation?

Rêver d’être un témoin et un acteur de son temps ? N’est-ce pas le souhait de chaque être humain? Dans le cadre de notre Organisation, la part de rêve n’a pas vraiment sa place. Nos actions sont déclenchées dans le cadre de besoins vitaux formulés par des communautés et nous ne sommes pas porteurs de rêves mais d’actions concrètes, rapides et bénéfiques sur le long terme. Vu le contexte global très égoïste et individualiste, une nécessaire utopie est néanmoins indispensable pour s’engager sur le long terme.

7. Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il? 

Continuez à partager, à informer, mais aussi à débattre sur un monde dont nous n’avons malheureusement plus la maitrise et qui chaque jour un peu plus nous échappe. On responsabilise, on pointe les gouvernements dans leur gestion de déclenchement des guerres, des massacres des civils, des persécutions d’ordre religieux ou ethnique, de la destruction de notre biodiversité mais n’oublions pas que chacun peut en porter la responsabilité par son mode fonctionnement et ses mécanismes de pensée. Vos témoignages sont riches mais n’oubliez pas, à chaque fois que possible, de proposer des solutions. C’est par la tenue de propos ouverts et constructifs que les meilleurs échanges se feront et pourront déboucher sur de belles actions.

Écrit par Hannah Nunes

CJARC
Coco Bertin Mowa de CJARC reçoit les visiteurs.

Chaque jour, nous découvrons les magnifiques actions de nos Membres, Personnalités et Organisations sur la plateforme Horyou. Ils sont toujours prêts à Agir ! Cette semaine, nous mettons en lumière le travail et les actions de remarquables organisations au Cameroun, aux Etats-Unis, au Brésil ainsi qu’en France et au Maroc. Petit tour du monde de toutes ces actions positives!

Organisation: CJARC (Club des Jeunes Aveugles Réhabilités du Cameroun)
Lieu: Cameroun

Le CJARC reçoit de la visite!

Le Club des Jeunes Aveugles Réhabilités du Cameroun, ONG créée en 1988 par des jeunes non-voyants, promeut l’insertion socio-professionnelle des personnes handicapées et des personnes handicapées visuelles en particulier. L’organisation fait un travail remarquable et a reçu la visite de la ministre des affaires sociales du Cameroun le 16 mars 2016 dans leurs locaux pour les féliciter pour leur travail. L’occasion pour elle de découvrir un peu plus le travail de l’organisation et rencontrer les différents membres de celle-ci ainsi que ses bénéficiaires. Découvrez cette action ici.

Ecrit par Laurie Martin

NegusWorld
Organization: NegusWorld Location: United States

NegusWorld Wide Party

NegusWorld connects and engages cultures around the globe through worldwide celebrations and youth collaboration in educational and artistic projects. Last year, the Negus World organization raised USD 16’412 thanks to the NegusWorld Wide Party for the children in Brazil. Many countries participated. The Love Fútbol team has started building the Garanhuns soccer field in March 2016. It should be completed by summer. The next edition will take place in June 2016 with this time the objective of helping children in Tanzania. Congratulations for these great projects ! Discover this action post here.

Written by Laurie Martin

SER
Organização: Ser Sustentável Localização: Brasil

Dia Internacional da Mulher – Homenagem ás mulheres em situações de ruas em São Paulo

A Ser Sustentável é uma organização sem fins lucrativos situada no Brasil, Ela tem como missão utilizar os pilares da sustentabilidade para promover a reintegração social de cidadãos em situação de vulnerabilidade, unindo todos os atores sociais em prol de uma sociedade mais justa. Sua visão é ser referência global em projetos socioambientais para inspirar e multiplicar ações de cidadania e meio ambiente. No dia Internacional da Mulher, a criadora da organização Silvânia Grande foi às ruas para homenagear mulheres em situação de rua em São Paulo. Ela distribui 700 rosas na Cracolândia (lugar onde vivem muitos dependentes químicos). Nesse gesto, a gente consegue ver o Amor e a Esperança. Saiba mais aqui.

Por Edriana Oliveira Major

Momes du monde
Organisation : Mômes du Monde Lieu : France

Believe au Cameroun

Mômes du Monde, association fondée en 2008, a pour objectif d’apporter un moment de partage et d’évasion entre autre aux enfants en difficultés sociales en mettant en place, des animations, des activités artistiques et sportives. L’association a dernièrement mis en place le projet Believe, atelier artistique de composition libre par le collage et la peinture. L’objectif est de proposer aux enfants de remplir par les moyens qu’ils souhaitent un gabarit de colombe géante, symbole de paix. Après la mise en place de l’action au Maroc, Grèce, Philippines, Vietnam et en France, des colombes sont arrivées tout droit du Cameroun, réalisées par les enfants de l’école maternelle de St Paul de Loum-cie dans le Moungo. Projet réalisé en collaboration avec l’association Les Enfants de Metchachri. Découvrez cette action ici.

Ecrit par Laurie Martin

AL Aahd
Organisation : Association Al Aahd Jadid Handicap Lieu: Maroc

Soirée en l’honneur de la femme handicapée

L’association Al Aahd Jadid Handicap, créée en 2000 au Maroc, a pour objectif l’intégration des personnes handicapées dans la société. Elle s’occupe aussi d’encadrer ces personnes et de les soutenir dans des domaines très variés. Pour célébrer la journée internationale de la femme, le 8 mars dernier, ainsi que la journée nationale des personnes handicapées (le 9 décembre passé), l’association Al Aahd Jadid a décidé d’organiser ce samedi 19 mars une soirée mettant à l’honneur la femme handicapée. Cette célébration est une première à Marrakech. Nous leur souhaitons plein de succès pour ce bel événement. Pour en savoir plus sur cette action, cliquez ici.

Ecrit par Laurie Martin

Assemblage des morceaux de bambou pour fabriquer les yourtes.
Assemblage des morceaux de bambou pour fabriquer les yourtes.

L’ONG Sholutions , basée en Suisse, a pour mission d’offrir des abris pour les familles victimes de typhons et de la pauvreté aux Philippines. L’organisation fabrique des abris de type yourte avec du bambou. En effet, le bambou utilisé a pour avantage d’aider l’économie locale et est un moyen durable de substitution aux constructions en bois.

Nous découvrons ici un large échantillon de leurs activités grâce à Pascal Bruelhart , fondateur de l’organisation, qui a accepté de répondre à nos questions.

1.Pouvez-vous nous présenter brièvement Sholutions?

Sholutions est l’abréviation de Shelter Solutions, en français, Solutions d’abris. Nous sommes une association créée par trois suisses aux Philippines suite au typhon Haiyan en novembre 2013. L’ampleur des dégâts et de la misère que cette catastrophe a engendré pour les victimes nous a alors interpellés et nous avons décidé de nous lancer.

2.Le fait d’utiliser du bambou pour la construction de ces yourtes permet aussi d’aider l’économie du pays concerné et a un fort impact environnemental. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Le bambou n’est encore pas assez bien utilisé aux Philippines. La Chine, elle, par exemple, exploite très bien cette ressource, meilleur substitut au bois. La culture du bambou est assez simple et permet des revenus constants par hectare annuellement. Cette culture permet aussi d’absorber de grandes quantités de Co2. Selon les variétés, la récolte est de 800 pôles et plus de 150 pousses pour l’alimentation par an. Ces dernières, appelées « bamboo shoots » en anglais sont coupées pour éclaircir la plantation et permettre un meilleur apport en nutriments aux autres pôles de bambou. En comparaison, un arbre tel que l’eucalyptus, poussant rapidement et utilisé pour la production de pulpe à papier, est sujet à la coupe, donc revenus, tous les 7 ans seulement. De plus, après une culture d’eucalyptus, plus rien ne pousse par la suite alors que le bambou permet la création de nouvelles forêts avec une grande variété d’arbres. Par ailleurs, bien placées et utilisées, les différentes plantations de bambou aident à protéger des villages de fortes rafales de vent, à conserver le tracé de certains cours d’eau et à consolider des collines sujettes à de possibles glissements de terrain. Enfin, ces plantations permettent aussi la création de très agréables forêts où il fait bon se promener tout en écoutant la musique un peu magique du cliquetis des bambous.

3.Vous pré-fabriquez aussi certaines yourtes de manière à être plus efficace en cas d’urgences dues au changement climatique. Combien de temps cela prend-il de construire une yourte ?

La construction d’une yourte en cas de catastrophe prend facilement 3 jours pour des experts, voire plus d’une semaine. On pourrait même l’estimer à plus, si l’on prend en compte les traitements anti-peste et séchage que le bambou doit subir avant utilisation afin de ne pas être réduit en poussière et pourrir après 2 ans déjà.

En revanche, pré-fabriquer une yourte de manière éco-industrielle comme nous le faisons ne prend que quelques heures. Les procédés sont optimisés, ce qui permet aussi de mieux utiliser les ressources, soit plus de 90% du bambou. Le montage ne prend qu’une demi-journée pour une équipe de 3 personnes mais cela dépend aussi grandement d’éléments tels que les options de plancher, le raccordement au réseau d’eau ou encore l’électricité.

Etape de la fabrication de la yourte en bambou.
Etape de la fabrication de la yourte en bambou.

4. Un de vos derniers projets a été la construction de yourtes pouvant servir de classes pour les enfants dans des zones de conflits. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Nous avons eu des demandes pour des classes en Iraq, malheureusement nous ne sommes pas encore prêts pour l’exportation des produits. Nous travaillons sur le paquetage et cela devrait être possible courant 2016. La facilité du transport et le montage d’un abri sont des critères importants pour les ONGs. C’est l’avantages des tentes et bâches. C’est un peu triste que quelques heures de transport et montage priment sur d’éventuelles années d’occupation de l’abri. Les yourtes peuvent être mises à disposition avec différentes options selon la région climatique: plus ou moins d’isolation thermique, différents produits organiques ou plastique pour toits et parois, ameublement intérieur selon utilisation. Nous travaillons sur différentes variantes et notre site web permettra de créer la yourte selon les besoins d’utilisation.

5. Y a-t-il eu une réalisation qui a eu une importance toute particulière pour Sholutions durant ces dernières années ?

Nous avons aidé à acheminer des vivres après le typhon Haiyan. Les deux dernières années ont principalement servi à l’étude d’abris suite à des catastrophes et différents projets innovateurs émergeants. La yourte est le fruit de nombreux meetings avec des professionnels de l’aide d’urgence et celle-ci peut amener de grandes innovations tout en étant une aide au développement durable ainsi qu’un élément permettant de réduire la pauvreté. Nous avons mis beaucoup d’énergie pour les différents prototypes créés jusqu’à ce jour et courant 2016 nous devrions pouvoir voir les premières mises à disposition et utilisation de ces produits.

6. Avez-vous un projet que vous espérez mettre en place prochainement et dont vous souhaiteriez nous parler ?

La pré-fabrication ou le stockage d’abris en réponse à de graves intempéries ou situations humanitaires exceptionnelles n’existe pas à l’exception de bâches et/ou de tentes. La première usine mondiale fabriquant des abris pré-fabriqués vient de voir le jour en Suède avec la Fondation Ikea qui produit des panneaux en plastique et isolation, constitués de quelques cartons facilement transportable une fois pliés. Nous voyons tant d’atouts bénéfiques à la nature et la communauté avec le projet d’usine de pré-fabrication. Ceci est notre projet majeur pour le moment. Une fois bien installée, l’usine permettra la création d’une académie du bambou pour la promotion de technologies vertes et culture du bambou ainsi que sa transformation en produit exportable.

Autre étape de la fabrication de la yourte.
Autre étape de la fabrication de la yourte.

7. Que pensez-vous de Horyou et de sa communauté dont vous êtes un membre actif ? Qu’est ce que la plateforme vous apporte dans le cadre de votre action?

Horyou nous permet de présenter au mieux notre organisation ainsi que de trouver des synergies et contacts à travers le monde.

8. Notre philosophie s’articule autour de valeurs universelles que nous retrouvons dans le slogan « Dream Inspire Act ». Qu’est ce que ces 3 mots évoquent pour vous et votre organisation ?

Dream évoque un monde meilleur, plus écologique et endurant quant à Inspire, il évoque plus de productions en harmonie avec la nature. Finalement, Act me fait penser au besoin d’offrir les connaissances aux communautés vivants dans des régions éloignées pour qu’elles puissent mieux subvenir à leurs besoins.

8. Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il ?

Tant de catastrophes et des moyens énormes déployés pour réparer les conséquences de celles-ci. Aidez-nous à changer cela. Nous pouvons agir en amont et préparer des solutions. C’est plus efficace et cela permet une meilleure résistance ainsi que la création d’emplois écologiques pouvant aider au développement durable de la planète. Plantez du bambou un peu partout ! Nous vous trouverons plein d’emplois possibles avec ce matériau.

Pour en savoir plus, visitez leur page Horyou ou leur site internet!

Ecrit par Laurie Martin

cover sigef
The Horyou community embraces more than 1,000 organisations and 220,000 users from more than 180 countries.

Most organizations involved in social good and humanitarian projects have experienced the challenge of finding capital to promote impactful actions within their communities. In this area, like in many others, we see money flowing from big companies and foundations to big NGOs and associations – and they are surely doing a good job – but we also see small and medium sized organizations who are tireless in their efforts to make a difference in the world through their humanitarian projects with lesser support and funding.

This unevenness has been of major concern to Horyou since its inception, when it begun building its social network for social good.

Horyou has since grown to embrace 180 countries with a community of 1,000 organizations and 220,000 users around the world, becoming an expression of the diversity of civil society at a global level. Horyou now has enough experience and means to take its mission to the next level by creating Spotlight, the First Global Social Currency.

sigef 2
Engaged and active organisations on Horyou platform will increase their chances to receive Spotlights from Horyou proprietary algorithm.

In a world where social disparities are widening due to speculation and greed, technology is a powerful tool of citizen empowerment. Spotlight intends to bring inclusiveness to the ones who are bringing positive change to the world by reconciling capital and social media. Our goal is to connect great companies and people who want to leave a legacy to the world through positive actions with associations who are, in real life, doing good.

With the Global Social Currency, the first of its kind, Horyou’s goal is to connect innovative and CSR corporations with people and organizations who make great efforts to leave a positive legacy to the world through their involvement in social good.

In the past few years, we have seen a significant development of the concept of crowdfunding, whereby single contributions, however small, are important to the edifice under construction. Horyou’s aim is to go even further in the process of inclusive access to capital.

By connecting its members with committed organizations on its social network platform, Horyou seeks to broaden funding opportunities for social good.

Spotlight will be funded by Horyou’s individual members as well as by its partners: firms, corporate foundations, institutions and innovative start ups. Each Horyou member can provide and/or get support from any other member in the form of one or more Spotlights. The platform will include a proprietary algorithm that is set to redistribute a significant share of the capital received from Horyou’s partners to the most active users and organizations.

Associations and social actors can – and should – use the Horyou community at their own benefit, by communicating their projects and actions and sharing each other’s causes. Social media engagement and activity are keys to receive Spotlights from Horyou’s community members and algorithm.

Connect for good with Spotlight!

Contributions from the Horyou Team. Compiled by Vivian Soares.

More Stories

Support the United Nations Sustainable Development Goals! This world is the one thing we all have in common! By working together, we can achieve great...