A new member of Horyou platform, the Haiti Cholera Research Funding Foundation (HCRFF) invests in education and awareness to prevent health issues in developing countries

Pierrette Cazeau

Despite being born in Haiti, Pierrette Cazeau grew up in New York and Florida, in the US, and thus was never aware of the country’s challenges until she first visited it as a grown up-woman. She was struck by the challenges faced by its population on a daily basis – lack of health infrastructure, corruption, abuse, poverty and hunger. That changed her life as she decided to devote her time and efforts to build a Foundation and use education to prevent such disasters as the 2010 cholera outbreak.

«You can’t predict natural disasters or climate change effects, but you can educate people to prevent and reduce poverty. Without education, you just open the door to the negative effects of the unpredictable», says Pierrette, founder of HCRFF. The NGO was created in 2013 and has since developed many projects to support and empower communities facing health and social problems. «We’ve seen so many victimized people sitting quietly, and that escalates anger and hate». Economic and social problems, she believes, are part of a cycle that comprises disruption, refugee crisis and racism.

Syphilis Project

Focusing on education, the foundation organizes workshops for students coming from challenging backgrounds. In addition to preparing them for work via professional education, and providing them with food, HCRFF also raises awareness of topics like HIV prevention (PrEP and PEP), sexual abuse and other sensitive topics that are critical for the new generations. The NGO also helps Haitians to get access to health care in the US by providing them with transportation, shelter, advocacy and even translation services whenever needed. It also supports pregnant Haitian women left behind by UN peacekeeping soldiers.

The next step is to expand the Foundation services to other countries including Ghana, in Africa, where it intends to start an education campaign on HIV and other STDs. «We need more sponsors as we never charge anything for the services we provide to the communities», says Pierrette. For the last three years, the NGO has been funded by partners, but new sources of financial support are needed. One of the plans is to organize a Marathon for People Living with HIV and raise funds for the cause of education for prevention. «One thing I’ve learned from my father is that education can’t be taken from you. It stays with you forever. I’m grateful for all the educational opportunities I’ve had and I wish more people keep benefitting from it as well».

L’organisation Adelarte travaille pour l’autosuffisance et l’éducation des communautés vulnérables en Colombie. Particulièrement active sur les éthnies indigènes, Adelarte dévéloppe, en partenariat avec les communautés locales, des solutions durables et soutenables, en utilisant l’art et la culture. Interview avec la présidente Marline Fayollet.

Elèves du Centro Etnoeducativo Numero Doce de La Guajira, dans la communauté de Muurai, Colombie

Racontez-nous un peu sur votre histoire et vos principaux projets.

Fondée en février 2017, Adelarte a pour objet de construire, au travers de l’art, des solutions locales, durables et soutenables pour faire face aux enjeux sociétaux mondiaux. Nous constituons des équipes multidisciplinaires de volontaires internationaux qui exécutent des missions de développement durable avec des communautés vulnérables en utilisant l’art comme vecteur de changement. Durant l’année 2017, en coopération avec des associations colombiennes et selon les priorités identifiées par les communautés wayuu bénéficiaires, nous avons monté un projet ayant pour but d’offrir de meilleures conditions d’éducation, d’augmenter les possibilités d’autosuffisance, de contribuer au maintien de la culture wayuu et de permettre le développement personnel de chacun, qu’il soit wayuu ou volontaire.

Quelle est la situation actuelle des communautés wayuu et de quel type de support ont-elles besoin ?

Les communautés identifiées en 2017 sont celles de Loma Fresca 2 et Muurai. Elles appartiennent à l’éthnie Wayuu dont l’organisation est matrilinéaire et vivent d’une économie mixte basée sur l’élevage et le pâturage caprin, le maraîchage, l’artisanat et la pêche. Les wayuu vivent dans la péninsule de La Guajira, l’une des plus pauvres de Colombie. C’est une région sèche et aride, presque uniquement recouverte de sable, constamment balayée par les alizées marins et connaissant une longue période de sécheresse qui a tendance à s’accentuer avec le phénomène El Niño. La végétation y est très pauvre, l’accès à l’eau potable compliqué et la corruption qui y fait rage a rongé, entre autre, le système éducatif. A Muurai, pour que les enfants puissent étudier dans de bonnes conditions, il manque des salles de classe, des toilettes, des cantines équipées, mais aussi de l’eau potable pour s’hydrater et de l’électricité.

Pourquoi favorisez-vous l’éducation artistique et culturelle ?

L’association mise sur l’art pour aller de l’avant, d’où son nom Adelarte une contraction de Adelante con el arte (En avant avec l’art). En effet, l’art n’a pas de frontières et offre un terrain de dialogue qui dépasse les limites du langage. Il est capteur d’attention et facilitateur d’implication. C’est un vecteur d’expérimentation collective et de développement personnel qui stimule l’estime de soi. Nous utilisons la musique et la peinture pour motiver les membres des communautés à s’impliquer lors des activités de construction. Nous montons également une pièce de théâtre basée sur les contes ancestraux et animons la radio étudiante de notre partenaire dans le but de valoriser les cultures, donner envie aux futures générations de s’exprimer dans leur langue, ainsi qu’en espagnol, et de leur donner confiance.

Êtes-vous engagés pour les Objectifs de Dévéloppement Durable de l’ONU? Lesquels?

Nous nous engageons sur plusieurs objectifs, notamment les 4, 6, 7, 10 et 17.

Adelarte est un nouveau membre de notre communauté. Partagez vos espoirs et vos plans avec Horyou !

Nous souhaitons pouvoir donner envie à la communauté d’Horyou de s’impliquer de manière plus ou moins directe dans nos projets. Partager nos bonnes pratiques ainsi que notre retour d’expérience sur ce type de projet.

SDG#6 is an inspiration for Water Energy and Sanitation for Development (WESDE), an active member of our Horyou community. With the aim to fill the gap left by civil society organizations in terms of Health and Environment Education and Integrated Water Resources Management in Cameroon, WESDE faces security, infrastructure and funding challenges to bring development to urban and rural populations in the far North region of the country. Interview with Marie Louise Kongne, WESDE National Coordinator.

WESDE team acting in Cameroon

What are WESDE’s main goals?

While improving significantly the sanitation, hygiene and housing conditions of disadvantaged populations, we aim to reduce the percentage of the population that does not have sustainable access to a drinking water supply. We also want to train and educate people to sustainable management of water resources and the protection of the environment, trying to reverse the current trend of loss of environmental resources. In order to do so, we seek to cooperate with national and international organizations, develop and maintain partnership, exchange and learning relationships. Last but not least, one of our objectives is to accompany the community in the fight against HIV / AIDS in order to stop its spread and reverse the current trend.

Tell us about your main achievements in 2017 and your plans for 2018

In 2017, we helped to raise awareness on education and training of 125 community health workers to work closely with families in 9 health areas on 12 main themes. In total, more than 43,000 households were visited. We also had an active participation in the Water, Sanitation and Hygiene (WASH) coordination meetings of the far North region under the co-lead of UNICEF and the far North Regional Delegation of Water and Energy and, as a Partner of Global Water Partnership (GWP) Central Africa, we contributed to the WASH resilience project in the Mayo Tsanaga sub-basin. In 2018, we aim to implement the Community-Led Total Sanitation (CLTS) approach in 150 villages of 3 pilot health areas as part of the support of the government to improve sanitation conditions in rural areas.

What main challenges do you face in your work?

We have no appropriate vehicles, as we need 4X4 vehicles to reach many areas. The self-financing mechanism is still very weak and there is not a long-term program, which could be at least 3-year renewable. Also, we develop our activities in a context of high insecurity (by Boko Haram)

Your work is closely connected with the SDG#6. In your point of view, how important is it to have a global agenda for water and sanitation?

In comparison with Drinking Water Supply, sanitation has often fallen behind government and donor concerns; however, this situation is moving in the right direction as sectorial strategies are increasingly putting sanitation at the top of the agenda. Recent studies have shown the importance of sanitation for improving health, promoting social development and protecting the environment. It has also been shown that Sanitation interventions are particularly effective in terms of cost reduction if we judge the increase in productivity that they induce and the decrease in the diseases and deaths that they allow. With this in mind, in the framework of the International Year of Sanitation (AIA) by the United Nations in 2008, the African continent, with the support of the African Ministerial Council for Water and Sanitation (AWCOW) organized the AfricaSan conference in Durban in 2008. This regional conference culminated in the ambitious eThekwini ministerial statement, stressing the importance of leadership in sanitation and recommending that 0.5% of GDP must be spent on sanitation.

L’Association “AMIS pous la promotion de la Justice” est une organisation que défend les intêrets des populations les plus vulnérables au Cameroun. Nous sommes heureux d’exposer le profil de cette nouvelle organization sur notre plate-forme Horyou en diffusant l’entretien que nous avons eu avec son coordonnateur national, Mang Abena Guy Joseph.

Projet Circulaire et Assainissement

1. Racontez-nous en quelques mots “AMIS pour la promotion de la Justice” et ses actions.

Notre plan d’action consiste à œuvrer pour l’appropriation et la connaissance par chaque citoyen de ses droits et devoirs afin de limiter les injustices sociales liées à l’ignorance de ces droits. Nos projets principaux sont fréquemment liés aux droits humains, notamment aux droits des femmes. Je citerai, notamment, la vulgarisation de la procédure du jugement d’hérédité, le moto taximan citoyen, le projet eau potable dans cinq villages du Cameroun, la vulgarisation de la procédure d’établissement des actes d’état civil aux associations de femmes rurales, le projet de création d’un centre de santé à Monti au Cameroun, le projet de construction d’une école maternelle et primaire bilingue à Afanoyoa, le projet femmes actives protectrices de l’environnement (F.A.P.E) et enfin le projet d’impliquer les villes africaines dans le développement durable (Projet I.V.A.D.D).

2. Quels sont les défis auxquels vous êtes confrontés en travaillant avec la promotion de la justice et du dialogue interreligieux dans une société aussi diverse que la société camerounaise ?

Le Cameroun compte selon les dernières estimations 47 associations religieuses légalement autorisées. La question de la criminalité basée sur un fondement religieux est le problème majeur auquel sont confrontés tous les Etats de la planète. Elle est l’une des principales causes d’instabilité et de pertes en vies humaines. Au Cameroun, d’importants problèmes liés à l’intolérance religieuse peuvent survenir à tout moment, surtout si rien n’est fait à temps pour les éviter. En oeuvrant en faveur du dialogue interreligieux nous voulons prévenir les conflits, promouvoir le vivre ensemble dans la différence. Nous cherchons ainsi à cultiver la paix durable (ODD 16).

Plaidoyer pour une eau saine en zone rurale

3. Vous pensez donc que les citoyens ne sont pas bien informés sur leurs droits. Comment améliorer cette situation ?

Les citoyens camerounais ne sont pas bien informés sur leurs droits. Toutes les universités camerounaises n’ont pas de faculté de droit d’où l’ignorance par les étudiants eux-mêmes de leurs droits. Ainsi, une enquête menée en mars 2015 par l’association pour la défense des droits des étudiants du Cameroun montre que 70% des étudiants ignorent leurs droits. L’amélioration de cette situation passe inévitablement par un soutien constant aux organisations de la société civile qui promeuvent le droit. Avec le travail de vulgarisation que mène l’association “Amis pour la promotion de la Justice”, le vendeur ambulant, le boutiquier du quartier, la paysanne, le moto taximan ou le couturier, sortent de l’ignorance et revêtent les habits de citoyen. Car la clé de tout développement est la citoyenneté.

4. Êtes-vous engagés pour les Objectifs de Développement Durable de l’ONU ? Lesquels ?

Nos projets concourent à la réalisation des Objectifs de Développement Durable 1, 3, 4, 5, 11, 13, 15 et 16.

5. Quelles sont vos priorités pour 2018 ?

Trouver des partenaires techniques et financiers qui nous soutiennent pour la mise en œuvre de nos projets.

6. “Amis pour la promotion de la Justice” est un nouveau membre de notre communauté. Partagez avec nous vos espoirs et vos plans concernant la communauté Horyou !

L’association “Amis pour la promotion de la justice” espère bénéficier du soutien et de la grande expérience des membres de la communauté Horyou pour grandir d’avantage et réaliser ses projets. En outre nous sommes disposés à être le poumon d’Horyou au Cameroun.

Depuis dix ans, l’association “Action sociale” soutient des enfants et adolescents, notamment dans les communautés plus vulnérables au Cameroun, en leur offrant un accompagnement psychologique et psychosocial. En 2018, cette organisation active sur notre plate-forme Horyou fête son dixième anniversaire avec des résultats impressionnants – plus de 100 familles d’enfants vivant avec un handicap ont été accompagnés, pendant qu’environ 2000 entretiens psychologiques ont été menés auprès d’enfants et enseignants dans les écoles camerounaises et que plus de 1000 enfants on été sensibilisés contre les maladies sexuellement transmissibles. Horyou a interviewé le président de l’association, Eustache Essouma.

 

Action Sociale au Cameroun

Pouvez-vous nous présenter brièvement “Action sociale”?

L’association “Action sociale” est née en janvier 2008 du besoin de rendre la communauté accessible à la psychologie. C’est une association à but non lucratif. Ses principales cibles sont les enfants et les mamans adolescentes. “Action sociale” rêve d’une société exempte des maladies chroniques et mentales où les populations sont épanouies et adoptent des comportements positifs et responsables. L’association mène des actions de communication sociale, de prise en charge psychologique ou psychosociale et d’insertion socio-économique dans la communauté par les psychologues, les chercheurs, les consultants, les volontaires, les bénévoles et les membres en vue d’améliorer le bien-être des populations. Sa mission est de lutter contre les maladies chroniques et mentales des populations en organisant des campagnes de mobilisation et de sensibilisation, ainsi que des séances de suivi et d’accompagnement psychologique ; d’épanouir les mamans adolescentes à travers l’insertion socio-économique et de changer positivement les comportements des populations à travers la conception et la production des jeux de société. “Action sociale” intervient aux niveaux de la communication sociale, la santé mentale, la santé communautaire, l’insertion socioéconomique des mamans adolescentes, la formation et la recherche.

Vous éduquez des jeunes sur les sujets sensibles comme le HIV et ses conséquences. Comment aborder ce genre de questions d’une façon effective et délicate en travaillant avec ce public?

Nous utilisons des films et des jeux pour sensibiliser nos cibles. Pour nous l’image et le jeu sont faciles pour une prise de conscience et pour faire passer le message.

Y a-t-il eu une réalisation qui a eu une importance toute particulière pour vous ces dernières années?

Nous avons réussi à créer un jeu de société qui permet de lutter contre les inégalités de genre, de stigmatisation et de discrimination des personnes vivant avec le handicap. En 2018 nous voulons en faire la promotion et le vulgariser.

Enfants jouent avec le jeu de societé

Si vous pouviez partager un message avec l’ensemble des membres de la communauté Horyou, quel serait-il?

Horyou est une plate-forme de communication. Elle est très importante pour les ONG et associations. Nous encourageons tout le monde à se l’approprier.

More Stories

The Asian city was recently named top country for meeting UN health goals and has already achieved 4 of the 17 sustainable goals. Here’s...